Tout sur secours

Six mois après les inondations meurtrières de la mi-juillet, "nos pratiques ont évolué, des pistes stratégiques sont suivies et des plans d'actions concrets sont prêts", même s'ils évolueront encore en fonction des conclusions de la commission d'enquête parlementaire sur les inondations, a assuré Etienne Willame, le directeur général du SPW Mobilité et Infrastructure (MI).

La période des fêtes qui approche est souvent synonyme de bons, de longs et surtout de copieux repas... et si votre hôte arrive fièrement avec une énorme bûche glacée alors que vous avez l'impression de ne plus pouvoir manger une bouchée, c'est l'indigestion garantie. Quelques conseils pour éviter le pire.

Environ 2.000 migrants ont été secourus jeudi par des navires de guerre et d'ONG au large de la Libye, ont annoncé les garde-côtes italiens, qui coordonnent ces opérations de secours.

Le centre 100 de Louvain a refusé d'envoyer des ambulances supplémentaires à Brussels Airport le 22 mars jusque 8h55, soit près d'une heure après la double déflagration dans le hall des départs, ressort-il du rapport rédigé par le SIAMU et transmis par la secrétaire d'Etat bruxelloise de tutelle Cécile Jodogne (DéFi) à la commission d'enquête, rapporte Le Soir lundi.

Un total de 2.281 migrants tentant la traversée vers l'Europe depuis les côtes libyennes ont été secourus samedi au cours de huit opérations différentes, ont annoncé les garde-côtes italiens, ajoutant qu'une dizaine d'autres opérations de sauvetage étaient encore en cours.

Le navire de commandement et de soutien logistique Godetia de la Marine belge s'est porté mercredi matin, pour la seconde fois en une semaine, au secours d'un bâtiment en détresse en mer Méditerranée qui transportait 134 migrants pour la seconde fois en une semaine, a-t-on appris de sources concordantes.

Alors que s'accroît le désespoir des rescapés affamés, à Tacloban, ville côtière du centre de l'archipel, les pillages et la violence menacent d'entraver l'aide d'urgence.

La pluie s'est abattue lundi sur le Japon, perturbant les opérations de secours et renforçant l'inquiétude de la population vis-à-vis des retombées radioactives, alors que les techniciens luttaient toujours pour rétablir l'électricité à la centrale de Fukushima. Le bilan, toujours provisoire, est de plus de 21.500 morts et disparus, dont 8.649 décès confirmés par la police.