Tout sur Santé publique

Sur les 17 millions de personnes ayant reçu une dose du vaccin contre la Covid-19 développé par Astrazeneca en Europe et au Royaume-Uni, seuls 15 ont développé une Thrombose veineuse profonde (DVT) et 22 une embolie pulmonaire (PE), soit 0,0002% de cas, a rappelé mardi Frank Vandenbroucke en commission Santé de la Chambre. C'est moins que les 0,009% craints au départ.

La stratégie de vaccination, qui consiste à vacciner en priorité les patients présentant des co-morbidités parallèlement aux plus de 65 ans, ne sera pas modifiée, a-t-on appris à l'issue d'une nouvelle réunion de la Conférence interministérielle (CIM) Santé publique.

Il apparaît désormais plus clairement que la propagation du coronavirus via les aérosols joue un rôle important dans la transmission de l'infection dans les espaces clos, indique lundi le Conseil Supérieur de la Santé (CSS), l'organe d'avis scientifique du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. Selon son nouvel avis, l'émergence de variants plus contagieux incite encore davantage à ventiler au mieux les espaces intérieurs.

A peine 45 personnes ont été testées positives au Sars-CoV-2, parmi lesquelles six étaient porteuses du variant britannique, à la suite d'une campagne de test menée à l'échelle de tout un quartier à Anvers, a annoncé vendredi soir l'administration communale. Il s'agit des résultats de tests menés sur 1.527 habitants, les résultats de tests sur 800 élèves et professeurs d'écoles avoisinantes n'étant pas encore connus.

Pour freiner les méfaits du virus, il est essentiel de prendre en charge les patients à temps et de les traiter le plus vite possible: il faut soutenir la médecine de première ligne, plaide le docteur Martin Zizi, biophysicien, professeur de physiologie, ancien Directeur épidémiologiste du Département de la Défense.

Un accord social a été signé jeudi pour revaloriser le secteur fédéral des soins de santé, ont annoncé les ministres de l'Emploi et des Affaires sociales, Pierre-Yves Dermagne, et de la Santé publique, Frank Vandenbroucke. Il concrétise le pré-accord conclu en juillet dans un contexte de tension sociale exacerbée par la crise sanitaire.

Ne pas se faire tester en cas de symptômes grippaux ou de perte de goût ou de l'odorat et rester chez soi n'est "pas du tout une bonne idée", a mis en garde mercredi Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral sur le coronavirus, lors de la conférence de presse du Centre de crise, de Sciensano et du SPF Santé publique. "Un test sauve des vies, même s'il ne s'agit que d'un refroidissement", a abondé son collègue Steven De Gucht.

On s'éloigne petit à petit du scénario catastrophe dans les soins de santé qui aurait vu le plafond du nombre de lits en soins intensifs être dépassé, a-t-il été souligné lors de la conférence de presse du Centre de crise sur l'épidémie de coronavirus.

Masque en tissu ou en plastique ? L'écran facial est-il autorisé ? Les différents types de masques buccaux sont légion et il est difficile de savoir lesquels sont réellement efficaces, constate le Service public fédéral (SPF) Économie. Il rappelle dès lors quels masques protègent efficacement contre le coronavirus dans un communiqué publié jeudi.

Elle ment purement, Maggie De Block, lorsqu'elle tente de s'extraire de l'implacable réalité même quand une pandémie fait onze mille morts, même quand ces morts sont vieux, même quand l'Etat est fédéral. Elle ment d'une manière si indécente, d'une force si permanente.

La police obtiendra un allié important à partir de la semaine prochaine pour vérifier le respect des mesures de lutte contre la propagation du coronavirus, écrivent jeudi De Standaard, Het Nieuwsblad et Gazet van Antwerpen. Une quarantaine de contrôleurs et d'inspecteurs anonymes du SPF Santé publique pourront désormais également émettre des amendes.

Le gouvernement flamand va acquérir des tests rapides (tests antigéniques) visant à détecter le Covid-19. Leur nombre exact sera communiqué vendredi. Les lieux où ils seront déployés doivent encore être définis.

Pour alléger la pression sur les centres de tests et les labos, les ministres de la Santé en Belgique et le commissaire coronavirus Pedro Facon ont décidé lundi de revoir la stratégie de dépistage au moins jusqu'au 15 novembre. Les personnes asymptomatiques ne seront plus testées, mais devront respecter une quarantaine de 10 jours. De son côté, le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke a précisé que l'intégration des tests salivaires dans la stratégie de testing à travers le pays ne sera "pas pour les prochaines semaines".