Tout sur Santé

Ce médecin suisse, aujourd'hui sexagénaire, est à l'origine de la généralisation du gel hydroalcoolique. En faisant don de la formule à l'OMS, il a empêché la privatisation de ce produit essentiel dans la lutte contre le coronavirus.

Le secteur des soins de santé est au bord de la crise de nerfs. Applaudis publiquement mais délaissés dans leur quotidien : c'est le sentiment qu'expriment les infirmiers ou les aides-soignants. Pourtant, la bataille contre l'épidémie est loin d'être finie.

Le nouveau coronavirus, apparu en décembre en Chine, a pour l'instant infecté plus de 900.000 personnes sur la planète, dont plus de 200.000 aux Etats-Unis, et fait plus de 45.000 morts. La pandémie, qualifiée par l'ONU de pire crise à laquelle l'humanité ait été confrontée depuis 1945, menace désormais de submerger les Etats-Unis.

La France a passé mercredi la barre des 4.000 personnes décédées du coronavirus dans les hôpitaux, avec 4.032 décès enregistrés depuis un mois, dont 509 au cours des dernières 24 heures, nouveau bilan quotidien le plus élevé, a annoncé le directeur général de la Santé.

Valérie Victoor, secrétaire général de Santhea, la fédération patronale des institutions de soins de santé wallonnes et bruxelloises, constate que de nombreux hôpitaux doivent faire appel au système D et aux bonnes volontés pour s'équiper en matériel de protection et en médicaments. Elle regrette que la task force "pénurie" n'écoute pas les acteurs de terrain.

Le Dr Safaa Kumari, virologue syrienne spécialiste des plantes, a découvert des semences résistantes aux virus apportés par le changement climatique. Cela pourrait garantir la sécurité alimentaire dans les régions touchées par le réchauffement.

Une minute de silence et des drapeaux tricolores en berne devant toutes les mairies de la péninsule: l'Italie s'est recueillie mardi en "souvenir des victimes du coronavirus" et en hommage aux professionnels de santé.

Quatre traitements contre le covid-19 vont pouvoir être testés à partir du début de la semaine prochaine dans quatre hôpitaux belges. Toutes les autorisations nécessaires ont été reçues, indique mardi le professeur Herman Goossens de l'hôpital universitaire d'Anvers, qui coordonne ce projet européen.