Tout sur sans papier

Vingt-cinq vols spéciaux ont rapatrié 150 personnes en situation irrégulière l'année passée, rapportent les titres Sudpresse lundi sur base de chiffres communiqués par le cabinet du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken. Ces 150 dossiers concernent des cas "lourds" qui n'ont pas pu être résolus via des vols de ligne.

La Ligue des droits de l'Homme (LDH) et le Ciré (Coordination et initiatives pour réfugiés et étrangers) dénoncent avec force lundi le souhait exprimé par l'Office des étrangers de permettre à la police de pénétrer dans une habitation pour y chercher des sans-papiers sans autorisation d'un juge. "Cela annoncerait rien de moins qu'une légalisation des rafles", estiment les deux associations.

Raciste, la N-VA ? Certains la trouvent borderline dans sa chasse aux abus de l'immigration. Champion de la spécialité, le nouveau secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration a pourtant su dégager des affinités avec le MR.

Des jeunes femmes en situation irrégulière font reconnaître leur enfant par un homme âgé afin de se procurer des papiers. Un trafic en plein essor

Une dizaine de personnes ont manifesté lundi matin devant le cabinet de la secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration pour protester contre l'expulsion d'un jeune Afghan de 20 ans. Maggie De Block souhaite, elle, pouvoir expulser les jeunes demandeurs d'asile plus rapidement qu'actuellement.

85 sans-papiers afghans ont entamé le 31 mai dernier une grève de la faim pour attirer l'attention du gouvernement sur le situation et pour demander leur régularisation. Ils semblent déterminés à aller jusqu'au bout, dix d'entre eux refusant désormais de boire. Mais ils constatent qu'il y a très peu de répondant.

Neuf personnes sur dix en séjour irrégulier en Belgique et 60 % des sans-abri vivent avec moins de 450 euros par mois, une somme qui représente la moitié du revenu considéré comme le seuil de pauvreté, indique une étude de la Katholieke Universiteit Leuven (KUL) sur les conditions de vie des plus précarisés, commandée par le Service de lutte contre la pauvreté et la Politique scientifique Fédérale (BELSPO).

Une quarantaine de militants issus de diverses associations occupent depuis jeudi matin, vers 10h30, le hall du siège du cdH. Ceux-ci réclament pour les sans-papiers grévistes de la faim de la rue des Chartreux l'obtention d'un permis de travail C.