Tout sur Samusocial

Malgré le décès de deux femmes sans domicile fixe après le premier pic hivernal, l'ouverture des centres hivernaux du Samusocial à Bruxelles dans le cadre du plan hiver ne sera pas avancée. Il reste encore assez de places dans les centres actuellement et personne n'a été refusé, déclare-t-on au cabinet du ministre bruxellois de l'Aide aux Personnes, Pascal Smet (sp.a).

La problématique des places d'accueil pour personnes sans abri, qu'elles soient migrantes ou non, est revenue en ce début de semaine sur le devant de la scène, avec notamment la décision de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés de suspendre temporairement son activité d'hébergement pour cause de tensions grandissantes autour du Parc Maximilien et du centre "La Porte d'Ulysse".

Au moins 70 enfants risquent de se retrouver à la rue à la fin du mois d'avril étant donné que les centres d'accueil hivernaux temporaires gérés par le Samusocial et le consortium Croix-Rouge/Médecins du Monde/CAW Brussel fermeront leurs portes à ce moment-là, avertit mercredi la Plate-forme mineurs en exil. L'information est confirmée par la Croix-Rouge, qui précise toutefois que les différentes associations cherchent une solution.

Clap de fin mais pas dernière: une large majorité des groupes politiques du parlement bruxellois ont réservé jeudi un bon accueil au rapport et aux recommandations de la commission d'enquête sur le Samusocial. Prudents pour l'avenir, ceux-ci ont toutefois été nombreux à souligner que ce n'était qu'un début pour restaurer la confiance perdue des citoyens et faire diminuer le nombre de sans-abri.

La commission d'enquête sur le Samusocial a adopté mercredi à l'unanimité la proposition de rapport et de recommandations présentées par l'ensemble des membres du bureau de celle-ci il y a une semaine. Le débat en commission sur la proposition de rapport a été bouclé en un peu moins de trois heures. Les quatorze propositions d'amendement de la N-VA et du PTB, qui n'ont pas le droit de voter dans la commission, ont été rejetées à l'unanimité. Un amendement de nature technique a par ailleurs été retenu.

La capitale a accumulé les déboires. Une nouvelle fois. D'un viaduc fermé à l'humiliation européenne du stade national en passant par le scandale retentissant du Samusocial et les "émeutes" en son centre. Notamment. La faute à une gestion déplorable. Et à l'inquiétante complexité belgo-belge.

Les dons au Samusocial sont en recul à la suite du scandale lié aux rémunérations des administrateurs-délégués de cette ASBL en charge de l'hébergement et de l'accompagnement des sans-abri de la capitale, rapporte La Dernière Heure mercredi.

Les cas de double subventionnement du Samusocial présents dans une proportion statistique de 4% pour la période 2011-2016 ne révèlent aucune intention frauduleuse. Ils sont liés à la complexité du financement et à celle de l'analyse de la situation d'un personnel très changeant en raison du caractère saisonnier du travail, a affirmé mardi l'inspecteur régional des Finances Jean-Philippe Block, devant la commission d'enquête sur le Samusocial.