Tout sur Salisbury

Le second suspect de la tentative d'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal en mars à Salisbury (Angleterre) est un médecin du service de renseignement militaire russe (GRU), a annoncé lundi le site d'investigation bellingcat.com.

Les Pays-Bas ont annoncé jeudi qu'ils avaient expulsé quatre Russes après avoir déjoué leur tentative de piratage du siège de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) à La Haye.Quatre choses à savoir.

Les enquêteurs mènent une course contre la montre à Salisbury, pour retrouver l'objet au contact duquel un couple a été empoisonné au Novitchok, une affaire qui relance les tensions entre Londres et la Russie, quatre mois après l'empoisonnement des Skripal.

L'ex-espion russe Sergeï Skripal, qui avait été découvert empoisonné avec sa fille Ioulia le 4 mars à Salisbury, en Grande-Bretagne, a pu quitter l'hôpital dans lequel il était soigné. L'information a été confirmée par le service de santé public britannique, le NHS.

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a confirmé jeudi la thèse du gouvernement britannique sur l'identité de l'agent innervant utilisé en Angleterre pour empoisonner l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille.

Alors que les experts s'interrogeaient sur leurs chances de survie, l'état de santé de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia "s'améliore rapidement", un mois après leur empoisonnement avec un agent innervant à Salisbury (Angleterre), ont annoncé vendredi leurs médecins.

La mission russe auprès de l'Otan sera réduite de 10 personnes en réaction à l'utilisation d'un agent innervant à Salisbury, a fait savoir mardi le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, lors d'une conférence de presse au quartier général de l'organisation de défense, à Bruxelles. Le camp occidental a déployé des représailles coordonnées après l'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia le 4 mars à Salisbury, attribué par Londres à la Russie.