Tout sur Rome

Heurtée de plein fouet par une première vague dévastatrice, l'Italie semble - du moins jusqu'à présent - relativement bien maîtriser la recrudescence de l'épidémie de coronavirus. D'aucuns qualifient même la Botte de "meilleur élève de la classe européenne".

De Bristol à Budapest en passant par Madrid et Rome, des dizaines de milliers d'Européens ont rejoint dimanche les manifestations contre le racisme, prolongeant la vague de protestation déclenchée aux États-Unis par la mort de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc à Minneapolis.

L'Italie se découvre de plus en plus eurosceptique, un sentiment né de ce que beaucoup considèrent comme l'absence de solidarité européenne lors des crises migratoires récentes, aujourd'hui exacerbé par la pandémie de coronavirus.