Tout sur Rohingyas

L'armée birmane a annoncé vendredi qu'elle suspendrait pour quatre mois "toutes ses opérations militaires" dans les régions instables du nord et l'est de la Birmanie, une décision qui pourrait, selon des observateurs, amener des groupes rebelles ethniques à rejoindre le processus de paix.

Loin de l'image d'Epinal d'un bouddhiste éthéré et tolérant, la religion phare d'Asie est, dans des pays comme le Sri Lanka ou la Birmanie, sous l'influence grandissante de moines nationalistes aux sermons agressifs, notamment contre les musulmans.

Depuis la fin août, plus de 700 000 Rohingyas, une minorité musulmane, ont été contraints de fuir la Birmanie bouddhiste pour s'entasser dans des campements insalubres au sud du Bangladesh voisin.

Certains massacres commis dans des villages rohingyas dans l'ouest de la Birmanie ont été clairement planifiés par l'armée birmane, aidée par les populations bouddhistes, estime Human Rights Watch dans un nouveau rapport mardi consacré à la localité de Tula Toli.