Tout sur Robert Vertenueil

Le nouveau président par intérim de la FGTB, Thierry Bodson, a annoncé mercredi qu'il serait candidat à un mandat de plein exercice lors de l'élection prévue en septembre pour remplacer Robert Vertenueil, évincé pour avoir perdu la confiance des instances du syndicat socialiste.

L'extrême gauche a créé au sein de la FGTB un climat hostile à la démarche réformiste de Robert Vertenueil. Celui-ci n'a pas été victime d'un "grand complot". Seulement de l'air du temps PTBiste.

Le Premier ministre Charles Michel devrait présenter une déclaration gouvernementale au parlement afin que celui-ci puisse en débattre et ensuite voter une motion de confiance, estime le constitutionnaliste Mathias El Berhoumi. Bien que tout le monde ne soit pas de cet avis, il est loin d'être le seul à penser ainsi. Le Premier ministre Charles Michel va donc consulter sur fond de confiance en sursis. Le point.

Le syndicat socialiste FGTB tire la sonnette d'alarme sur un possible blocage des salaires. Les premiers chiffres du Conseil central de l'Économie (CCE), qui calcule tous les deux ans la hausse salariale possible, souligne qu'il y a "peu ou pas de marge" pour une hausse salariale ces deux prochaines années. Inacceptable pour les travailleurs, selon la FGTB. La marge salariale serait donc nulle.

Ce samedi, le patron de la FGTB, Robert Vertenueil, demandait par voie de presse de reprendre les négociations en déclarant "A Charleroi, à Molenbeek, ailleurs, je demande au PS, au PTB et à Ecolo de revenir à la table!". La phrase laisse songeur, car ce n'est évidemment pas à un syndicat de jouer au formateur d'un scrutin, a fortiori communal.

Robert Vertenueil appelle la gauche dans sa globalité, Ecolo compris, à reprendre les pourparlers pour former des majorités progressistes, dans un entretien au Soir publié samedi. "Une fenêtre vient de s'ouvrir, la gauche a une responsabilité historique", dit le président de la FGTB.

Le président de la FGTB souhaite organiser une grève générale le 2 octobre prochain, annonce Le Soir lundi. Dans le viseur de Robert Vertenueil: le "jobs deal" du gouvernement fédéral, que le syndicat socialiste voit comme une cascade de mauvaises nouvelles.

Les droits syndicaux et les libertés syndicales font de plus en plus l'objet d'attaques "massives et incessantes" du patronat ou du monde politique, a constaté jeudi la FGTB lors d'une concentration de militants. Le syndicat a formulé plusieurs pistes afin de renforcer ces libertés, notamment la condamnation des abus et l'exclusion des actions syndicales de l'ensemble du code pénal.

En front commun FGTB, CSC et CGSLB lancent une vaste opération de communication contre la réforme des pensions. Une "gazette" de 12 pages va être éditée à un million d'exemplaires, annoncent Robert Vertenueil (FGTB), Marie-Hélène Ska (CSC) et Olivier Valentin (CGSLB) dans Le Soir et les titres Sudpresse samedi.

L'actuel secrétaire général de la FGTB Robert Vertenueil succédera en juin à Rudy De Leeuw au poste de président du syndicat socialiste. La Limbourgeoise Miranda Ulens deviendra alors la numéro deux, affirment samedi les quotidiens De Standaard, Het Nieuwsblad et Het Belang van Limburg.