Tout sur Richard Miller

L'ex-député libéral Richard Miller, dont on a appris qu'il est remplacé par Daniel Bacquelaine au poste d'administrateur délégué du Centre Jean Gol, devient désormais "conseiller" du jeune président de parti Georges-Louis Bouchez, "en charge des questions culturelles et interculturelles". Le Mouvement réformateur l'annonce mercredi.

L'Ecolo Baptiste Erkes a été élu vendredi président du conseil d'administration de la RTBF, a annoncé le MR, tout en dénonçant l'élection de Vincent Engel (PTB) à la troisième vice-présidence, aux dépens de la candidature de Joëlle Milquet qu'avaient avancée les réformateurs.

L'appel aux candidats pour la présidence du MR, afin de remplacer Charles Michel, par ailleurs Premier ministre fédéral démissionnaire mais futur président du Conseil européen, s'est clôturé vendredi à 16h00 avec un nombre sans précédent de candidats - cinq, dont deux femmes, avec la candidature de dernière minute de la députée bruxelloise Clémentine Barzin -, dans l'attente de la suite de la procédure.

Lorsqu'ils perdent leur poste, certains politiques ressassent leur frustration ou deviennent des francs-tireurs. Pas le genre de la maison Miller. Le dénommé Richard a pourtant failli " devenir fou " - ce sont ses termes - en étant éjecté de tous les parlements, le 26 mai dernier.

Les libéraux flamands jugent que la Belgique doit être prête à présenter ses excuses pour les exactions commises durant la période coloniale. Mais ils souhaitent qu'un tel acte soit précédée d'un débat approfondi et d'une enquête scientifique, ont-ils expliqué lundi. Selon eux, c'est une mission pour la Chambre sous la prochaine législature.