Tout sur République en marche

L'extrême droite française, le Rassemblement national (RN), a fait moins bien qu'attendu dimanche au premier tour des élections régionales et départementales, marquée par une très forte abstention et une prime aux élus sortants à un an de la présidentielle.

Quelle sera l'implantation de La République en marche ? La droite restera-t-elle dominante ? Les socialistes résisteront-ils ?

Génération Europe. Telle serait l'appellation d'une grande alliance qui pourrait unir les libéraux belges et le mouvement La République en marche d'Emmanuel Macron en vue des élections européennes du 26 mai prochain.

Wikileaks a annoncé lundi avoir publié 71.000 courriels piratés juste avant le second tour de la présidentielle de responsables du parti du nouveau chef d'Etat français Emmanuel Macron, qui "va en informer la justice".

Après le succès à l'élection présidentielle et après avoir obtenu la majorité absolue aux législatives, Emmanuel Macron fait actuellement face aux premières difficultés en tant que président de la République. On note une baisse de popularité significative à différentes échelles de la société française.

Battu en janvier à la primaire socialiste, il avait soutenu le centriste Emmanuel Macron dès le premier tour de l'élection présidentielle, aux dépens du candidat de son camp, Benoit Hamon.

La République en Marche, parti du président Emmanuel Macron, et son allié du MoDem remportent 350 sièges sur les 577 de l'Assemblée nationale à l'issue du second tour des élections législatives de dimanche en France, selon les chiffres définitifs publiés lundi matin par le ministère français de l'Intérieur. L'alliance REM-MoDem atteint donc largement la majorité absolue fixée à 289 sièges.

Le nouveau président français Emmanuel Macron a obtenu une majorité parlementaire écrasante, selon les premières estimations dimanche, balayant les autres partis, et obtenant toute latitude pour conduire ses réformes, dans un scrutin toutefois marqué par une abstention sans précédent.

Le triomphe annoncé de La République en marche fracture la droite des Républicains et atomise la gauche socialiste. En ne qualifiant aucun candidat PS au second tour, le Nord et le Pas-de-Calais fournissent un cas d'école.