Tout sur réforme

La contribution qui sera demandée au bénéficiaire de l'aide juridique sera modeste, a assuré mardi le ministre de la Justice, Koen Geens, en Commission de la Chambre, lors de la discussion du projet de loi qui réforme l'aide juridique de deuxième ligne. L'opposition a dénoncé de son côté une réforme qui se fait sur le dos des plus fragiles.

"Il n'y aura pas de réforme de l'Etat jusqu'en 2019", a répété jeudi le premier ministre Charles Michel à la Chambre en réponse à des questions de Catherine Fonck (cdH) et Olivier Maingain (DéFI). Des élections auront lieu ensuite, en vue desquelles chaque parti préparera son programme.

Mal dans sa peau, réduite à une humiliante impuissance, l'assemblée parlementaire se cherche une raison d'exister. On lui suggère, pour rebondir, de se reconvertir en improbable labo de démocratie directe pour citoyens tirés au sort. Est-ce bien sérieux ?