Tout sur RDA

Pour qu'un discours marque les esprits, il ne doit ni être long, ni même bon. Il faut qu'il contienne une phrase choc, qui puisse parler à chacun - même si tout le monde ne la comprend pas.

Le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) doit désigner samedi une nouvelle direction au moment où l'aile radicale, forte de ses récents succès électoraux en ex-RDA, étend son emprise sur la jeune formation.

Le "rideau de fer" désigne la séparation, d'abord idéologique puis physique, établie en Europe au lendemain de la Seconde guerre mondiale entre la zone d'influence soviétique à l'Est, et les pays de l'Ouest. Cette barrière tombe en 1989 avec le mur de Berlin.

Les "chasses" à l'étranger survenues à Chemnitz illustrent de manière crue la singularité de la région allemande de Saxe, devenue depuis les années 1990 déjà le bastion des franges les plus radicales de l'extrême droite nationale.

Il est tombé dans l'allégresse et les larmes en 1989. Près de 30 ans plus tard, le Mur de Berlin devrait être en partie temporairement reconstruit pour parachever le projet pharaonique d'un cinéaste russe sur le totalitarisme.

Les autorités allemandes ont haussé le ton mercredi pour dénoncer la banalisation de la xénophobie qui menace "la paix sociale" dans l'ex-RDA communiste où les agressions racistes ont fortement augmenté l'an dernier depuis l'arrivée des réfugiés.

Il y a 55 ans, dans la nuit du 12 au 13 août 1961, le régime communiste de l'Allemagne de l'est (RDA) lançait la construction du mur de Berlin, destiné à empêcher l'agression "fasciste" de l'ouest. Le mur de la honte aura vécu 28 ans jusqu'à sa chute le 9 novembre 1989 et fait 138 victimes parmi ceux qui tentaient de rejoindre l'ouest.v