Tout sur Rassemblement national des indépendants

Le Palais est parvenu à ses fins: se débarrasser des islamistes, auxquels le pouvoir avait été concédé après les printemps arabes, et installer des alliés au gouvernement. Le roi Mohammed VI prend cependant le risque d'être plus exposé en cas de crise.

Le parti islamiste PJD, à la tête du gouvernement marocain depuis une décennie, a subi une spectaculaire déroute, au profit de partis libéraux considérés comme proches du palais royal, lors des élections législatives mercredi dans le royaume maghrébin.