Tout sur rapatriement

Vingt-cinq vols spéciaux ont rapatrié 150 personnes en situation irrégulière l'année passée, rapportent les titres Sudpresse lundi sur base de chiffres communiqués par le cabinet du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken. Ces 150 dossiers concernent des cas "lourds" qui n'ont pas pu être résolus via des vols de ligne.

Rapatrier de force vers son pays d'origine une personne ne disposant pas des papiers lui permettant de séjourner légalement en Belgique coûte presque deux fois plus cher à l'État qu'un rapatriement accompagné, sur base volontaire, selon des chiffres fournis par la secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations Maggie De Block en réponse à une question écrite de la sénatrice Freya Piryns (Groen).