Tout sur radicalisme

Pourquoi nos autorités défilent-elles en rangs serrés dans un petit centre québécois relativement dépourvu d'expérience en matière de radicalisation ? Parce qu'il évite de stigmatiser une religion en particulier.

Sur les 142 ASBL de la zone de police de Bruxelles-Ouest qui font l'objet d'une enquête ouverte par le parquet général, en collaboration avec le parquet fédéral, pour évaluer leurs liens avec le radicalisme ou le terrorisme, 102 sont situées sur le territoire de Molenbeek-Saint-Jean, a précisé vendredi la bourgmestre Françoise Schepmans.

Notre couverture sur le Business de l'antiradicalisme a, semble-t-il, tapé dans le mille, décrivant l'efflorescence soudaine d'experts en radicalisme, le mélange des genres entre politique et consultance rémunérée, les rivalités politiques et académiques...

Salah Abdeslam, seul suspect vivant des attentats terroristes commis à Paris le 13 novembre, a été contrôlé par les gendarmes français durant une demi-heure au lendemain des attaques sur son chemin de retour vers la Belgique, rapporte jeudi Le Soir sur base d'informations de deux députés, belge et français, membres des commissions d'enquête sur les attentats de Bruxelles et de Paris.

Fethi Benslama est psychanalyste et professeur à l'Université Paris Diderot. Confrontant psychanalyse et Islam, il invente le mot de " surmusulman ", analyse le paradis en Islam comme le lieu d'une jouissance masculine sans limites et raconte comment la fatwa de la tétée doit entraver le désir entre collègues de sexes opposés. Une analyse éclairante sur la psychologie de l'islamisme.

Montasser AlDe'emeh ferme les portes de son centre De Weg Naar, où il accompagnait depuis début 2015 de jeunes musulmans radicalisés, leurs familles et des personnes parties se battre en Syrie et de retour en Belgique, a-t-il confié dimanche au site Knack.be. "C'est maintenant aux autorités. Je ne peux pas continuer à faire ça tout seul", explique cet expert en djihadisme, des combattants revenus de Syrie et du processus de radicalisation.

La création annoncée il y a deux mois d'une cellule Radicalisme au sein de l'Office des étrangers a été matérialisée, a annoncé mercredi le directeur général de l'Office, Freddy Roosemont.

Vivant des deux côtés de la Méditerranée, bon connaisseur de Paris et de Bruxelles, l'écrivain Fouad Laouri porte un regard acéré sur les drames qu'ont provoqué dans les deux pays des djihadistes souvent issus, comme lui, de l'immigration marocaine en Europe.

"Radicalisme". C'est le mot - et la réalité - du jour. Et il fait peur : plans de campagne contre lui, prévention, antiradicalisation, déradicalisation, fichage urgent des radicalisés, études et commentaires autour du phénomène, etc.

Une cellule de coordination "radicalisme" va être mise sur pied au sein de l'Office des étrangers. Elle regroupera cinq personnes et se verra confier la mission de suivre le screening des dossiers individuels des demandeurs d'asile, indiquent mercredi les journaux de Sudpresse.

Le gouvernement fédéral a annoncé vendredi avoir débloqué 39 millions d'euros au service de la police et de la Justice dans le cadre d'un plan d'action "contre la radicalisation, l'extrémisme violent et le terrorisme dans la zone du canal", qui comprend sept communes bruxelloises, le territoire de Laeken (entité de la ville de Bruxelles), St-Gilles, Anderlecht, Molenbeek, Koekelberg, St-Josse et Schaerbeek, ainsi que Vilvorde en périphérie.

Il y en a qui hurlent avec les loups. Pas Alain Lallemand. Dans son dernier roman, Et dans la jungle, Dieu dansait (éditions Luce Wilquin, sortie ce 22 janvier), le grand reporter du Soir, explore le destin d'un jeune Wallon révolté, Théo qui gagne le maquis de la guérilla colombienne. Derrière lui, la révolte d'une génération montante qui pourrait se nourrir de la tentation des armes ?