Tout sur Publipart

Josly Piette n'a pas démissionné du Conseil d'Administration de Publifin

Josly Piette (cdH), bourgmestre de Bassenge (province de Liège), est toujours vice-président du Conseil d'Administration de l'intercommunale Publifin. S'il a bel et bien exprimé son intention de démissionner, lors du CA qui s'est tenu vendredi dernier, la présidente a refusé de l'acter, a-t-il assuré ce lundi.

Nethys: Drion démissionne, Gilles se pliera aux demandes

Dominique Drion démissionnera des mandats qu'il détient au sein des sociétés filiales de Nethys, bras opérationnel de Publifin. André Gilles se pliera quant à lui aux "demandes des instances", ont annoncé vendredi "Le Soir" et SudPresse.

Publipart, Publifin, Telenet : comment mettre fin à la cupidité dans le monde politique

Après l'affaire Publifin en Wallonie, le Nord du pays connait lui aussi "son" "Publi-scandale", Publipart. Un scandale qui s'étend au Telenetgate, impliquant le président de la Chambre, Siegfried Bracke (N-VA). Un plafond maximum pour les rémunérations des politiciens et la mise sur pied d'un "service pour la transparence" pourraient endiguer la corruption et la culture de la cupidité dans la politique.

Pas de commission, mais une liste des mandats à la Ville de Gand

Le conseil communal gantois de mardi soir n'a finalement pas débouché sur la création d'une commission "Optima bis" telle que proposée par l'opposition N-VA et CD&V à la suite des révélations sur les finances et rémunérations du holding semi-public Publipart.

Alain Mathot a démissionné de quatre mandats rémunérés, dont un chez Publilec

Alain Mathot, le député-bourgmestre de Seraing, a annoncé lundi lors du conseil communal qu'il avait démissionné de ses postes d'administrateur au sein des intercommunales Publilec et SOCOFE, ainsi que d'EDF Luminus où il était membre du comité stratégique et de Publipart, dont Publifin est actionnaire et dont il était le vice-président du conseil d'administration.

La Flandre a aussi son "publi-scandale"

Les échevins gantois Tom Balthazar (sp.a) et Christophe Peeters (Open Vld) sont liés à un holding semi-public, la sa Publipart, qui octroie des primes conséquentes et investit dans des armes chimiques, rapporte samedi Het Laatste Nieuws