Tout sur PTB

Le PS a assuré mercredi que des discussions étaient bien cours en coulisses pour faire avancer sa proposition de loi sur l'avortement et constituer un comité d'experts chargé d'évaluer la législation actuelle. Il n'a toutefois pas donné de délai au PTB et à DéFI qui l'interpellaient sur le sujet mercredi en commission de la Justice de la Chambre.

Les attaques des libéraux contre la gauche radicale, au départ des événements américains, font partie d'une stratégie politique. Mais posent, aussi, une question du fond sur le caractère respectable du parti.

Le MR a organisé dimanche matin une séance de voeux virtuelle, lors de laquelle le président du parti Georges-Louis Bouchez a entre autres souhaité une année sans "complaisance" envers le PTB et a également mis l'accent sur Bruxelles, où les libéraux francophones sont dans l'opposition.

La Chambre a entamé mercredi à la Chambre son premier débat en séance plénière sur un budget en bonne et due forme depuis trois ans. Jeudi, l'assemblée se prononcera sur cet exercice pour 2021. En attendant, les groupes politiques ont échangé leurs arguments, notamment sur la politique fiscale du nouveau gouvernement.

Déséquilibrée linguistiquement, timorée sanitairement, tiraillée idéologiquement... L'opposition au nouveau gouvernement Vivaldi marche sur des oeufs. Le PTB devra démontrer sa professionnalisation, le CDH sauver sa tête et DéFI jouer dans la cour des grands avec de petits moyens. Mais tous les trois pourraient en tirer plusieurs avantages.

J'ai participé aux grandes manifestations et aux grèves climatiques de l'année dernière parce que notre gouvernement doit prendre des mesures urgentes pour sauver le climat. Mais je ne suis pas favorable à des taxes "vertes" comme la taxe carbone proposée par la ministre du climat Zakia Khattabi (Ecolo). Plutôt que de faire payer l'ensemble de la population, nous devons nous attaquer aux grands pollueurs.

Le Vif/L'Express a pris connaissance d'un sondage confidentiel commandé par le PTB à l'institut iVox. Il doit servir à baliser la stratégie du parti de gauche radicale dans les prochaines années. Les attentes des électeurs, les atouts et les faiblesses du parti et de ses adversaires y sont établis. Avec beaucoup de questions, mais une certitude: les communistes craignent la popularité de Paul Magnette.

Le PTB le répète sur tous les tons : il veut "faire payer la crise aux riches". Actuellement, il fait surtout payer la crise au PS. Stopper le grignotage de l'électorat socialiste par le PTB est un défi vital pour Paul Magnette & Co.

L'extrême gauche a créé au sein de la FGTB un climat hostile à la démarche réformiste de Robert Vertenueil. Celui-ci n'a pas été victime d'un "grand complot". Seulement de l'air du temps PTBiste.