Tout sur PTB

Le contrôle du respect des règles de test et de quarantaine par les voyageurs dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus sera désormais plus clair pour les autorités locales et les services de police. L'accord de coopération conclu dans ce sens entre les différentes entités du pays a été adopté vendredi par le parlement bruxellois qui était la dernière assemblée à encore devoir se prononcer à son sujet.

Chantre de la "particip-opposition", Georges-Louis Bouchez irrite à la fois les vrais partis de l'opposition et ceux de la majorité, comme l'ont encore démontré les récentes polémiques liées au reconfinement. Pourtant, au final, tous se réjouissent de cette agitation, qui fragiliserait le MR et donc pourrait être bénéfique aux autres formations.

Ces dernières semaines, le MR et Ecolo ont donné l'impression que l'opposition venait de la majorité, en réclamant assidûment une autre gestion de la crise sanitaire. Pendant ce temps-là, les partis de l'opposition, la vraie, semblaient plus inaudibles que jamais. La faute aux experts, aux réseaux sociaux, aux nuances et au manque d'audace.

Le PTB est en progression dans les intentions de vote tant en Wallonie qu'à Bruxelles, indique un sondage publié par RTL-Ipsos-Le Soir, alors que l'écart se resserre en Flandre entre la N-VA et le Vlaams Belang, en léger recul par rapport à la dernière enquête d'opinion Ipsos datant de décembre 2020 et qu'Ecolo se hisse en tête à Bruxelles.

L'opposition a interpellé la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden jeudi à la Chambre, estimant que les mesures sanitaires prises par arrêtés ministériels posaient question en matière de respect des droits fondamentaux.

La dénonciation du sort des Ouïghours face à la répression de Pékin fait quasiment l'unanimité au sein de la classe politique belge. Sauf pour le PTB de Raoul Hedebouw qui se réfugie derrière l'abstention quand il s'agit de se prononcer sur la situation de la minorité musulmane chinoise.

Le PS a assuré mercredi que des discussions étaient bien cours en coulisses pour faire avancer sa proposition de loi sur l'avortement et constituer un comité d'experts chargé d'évaluer la législation actuelle. Il n'a toutefois pas donné de délai au PTB et à DéFI qui l'interpellaient sur le sujet mercredi en commission de la Justice de la Chambre.

Les attaques des libéraux contre la gauche radicale, au départ des événements américains, font partie d'une stratégie politique. Mais posent, aussi, une question du fond sur le caractère respectable du parti.

Le MR a organisé dimanche matin une séance de voeux virtuelle, lors de laquelle le président du parti Georges-Louis Bouchez a entre autres souhaité une année sans "complaisance" envers le PTB et a également mis l'accent sur Bruxelles, où les libéraux francophones sont dans l'opposition.