Tout sur ps

Le président du PS Elio Di Rupo a indiqué dimanche sur RTL-TVI avoir proposé au PTB de monter dans la majorité à Mons, ville dont il est le bourgmestre. M. Di Rupo a insisté dimanche sur la nécessité d'avoir "une gauche qui s'engage dans les gouvernements".

Elio Di Rupo, président du PS, affirme dimanche dans les colonne des titres Sudpresse n'avoir "aucune influence dans la prise de décision" des syndicats, et ce en réponse à des déclarations en ce sens du libéral Didier Reynders, ministre des Affaires étrangères, la veille dans le quotidien L'Echo.

Le débat sur la laïcité de l'Etat, relancé par le MR et appuyé par Défi, à Bruxelles, divise les socialistes. Pour Pascal Delwit, politologue au Centre d'étude de la vie politique de l'ULB, le PS a tout à y perdre. Politiquement et électoralement.

Le chef de groupe MR à la Chambre, Denis Ducarme, n'a pas mâché ses mots à l'égard du PS et du cdH à propos de l'intégration des personnes d'origine étrangère. Dans un entretien accordé au "Soir", il les accuse d'avoir encouragé le communautarisme et transigé sur le socle commun des valeurs de la Belgique.

Sous la plume acérée et lyrique de Merry Hermanus, la " Lettre ouverte au Président du PS et aux Membres de la Fédération Bruxelloise " cartonne depuis qu'elle a été mise sur le blog de l'ancien pilier du PS bruxellois, le 28 novembre dernier.

Le PS et le cdH ont trouvé un accord afin de diriger ensemble Verviers lors des trois dernières années de la mandature 2012-2018, ont annoncé de concert Muriel Targnion (PS), nouvelle bourgmestre et Benoît Pitance, désormais chef de file du cdH et futur premier échevin. Voici la composition du futur collège communal.

Ils sont souvent bourgmestres, surtout wallons, toujours socialistes. Ils trouvent leur parti trop mou en matière de sécurité et de justice, en particulier dans la lutte contre le radicalisme religieux. Question de principes, bien sûr. Mais aussi d'intérêt électoral.

La réforme de la procédure civile que s'apprête à examiner la Chambre en séance plénière dans les prochaines semaines vise "l'accès des plus vulnérables à la Justice", a dénoncé lundi le Parti socialiste. Dans le collimateur figure notamment la suppression de l'intervention systématique du ministère public, gage de respect d'un procès équitable pour les justiciables les plus faibles.