Tout sur Programmes spatiaux

Arrimage de Crew Dragon à l'ISS réussi : SpaceX devient la première firme privée capable d'envoyer des hommes dans l'espace et met fin à neuf ans de dépendance américaine envers la Russie pour les vols habités.

Capsules pour vols habités, station en orbite lunaire, base permanente, recherche de ressources exploitables... Cinquante ans après le premier pas de l'homme sur la Lune, la course vers notre satellite naturel est relancée. Pourquoi cette nouvelle ruée ? Qui en sont les acteurs ? Où en sont leurs projets ?

Frank De Winne, 2e Belge, après Dirk Frimout, à être allé dans l'espace, est aujourd'hui le responsable de l'EAC (Centre des Astronautes Européens) à Cologne, après avoir été le 1er commandant européen de l'ISS. Au nom de l'agence spatiale européenne, il défend une exploration lunaire durable. Surtout, il plaide en faveur d'une collaboration internationale et d'un un cadre juridique contraignant, afin d'éviter que l'espace ne se transforme en zone de chaos, entre Etats.

Cinquante ans après le premier pas de l'Homme sur la Lune, de nombreuses puissances mondiales relancent des missions lunaires. Pendant des années, l'intérêt pour la conquête lunaire s'était pourtant essoufflé. Comment expliquer ce revirement ?

L'échec du lancement d'une fusée Soyouz vers la Station spatiale internationale (ISS) en octobre est dû à une "déformation" d'un capteur lors de l'assemblage de la fusée au cosmodrome de Baïkonour, selon les conclusions de la commission d'enquête.

Depuis soixante ans, l'homme pollue l'orbite terrestre. Demain, il faudra bien aller faire le ménage. Voilà comment.

Frank De Winne est leur parrain. La Nasa les soutient. La Mars Society leur loue une station, dans le désert de l'Utah. L'équipage est fin prêt, entraîné depuis un an et demi. Huit jeunes scientifiques de l'UCL, décidés à mener dix expériences dans un environnement comparable à celui de Mars, n'attendent plus que du financement. Mais le départ est prévu. En mars prochain.

L'agence spatiale américaine NASA publie une série de photos de la Terre vue la nuit. L'agence compte régulièrement publier des mises à jour qu'elle mettra à disposition de chercheurs. Très nettes, les images permettront de voir les coupures de courant provoquées par une catastrophe ou une guerre. Elles reflèteront également les effets de l'urbanisation, la migration et les changements économiques.