Tout sur Prague

Un dépistage du coronavirus et un placement en quarantaine seront obligatoires à partir de vendredi à 11h00 pour les voyageurs en provenance de la région de Prague, du canton de Fribourg (Suisse), de Monaco. Une douzaine de départements français ont également été ajoutés à cette liste, selon la dernière mise à jour hebdomadaire des Affaires étrangères publiée mercredi.

La liste des destinations de voyage en vigilance orange et en zone rouge publiée par les Affaires étrangères s'est allongée vendredi après-midi. Vienne, Prague et le Pays de Galles passent en zone orange, tout comme trois régions en Slovénie et un nombre croissant de régions en Espagne. Les provinces espagnoles de Lérida (en Catalogne) et Huesca (en Aragon) passent en zone rouge.

"Ce n'est pas ça, l'esprit de l'Union européenne": la ministre de la Santé publique Maggie De Block a dénoncé, vendredi à son arrivée à un conseil extraordinaire des ministres européens de la Santé consacré au coronavirus, le blocage par deux États membres - l'Allemagne et la République tchèque - de leurs exportations de masques de protection.

Le temps où "l'Europe pouvait confier entièrement à d'autres le soin de sa sécurité" est "révolu", a déclaré vendredi à Prague le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, appelant les Européens à se monter "plus proactifs" au sein d'une Otan "refondée et rééquilibrée".

Un voile de mystère plane sur de nombreux assassinats commis après la Seconde Guerre mondiale. Qu'ils aient visé Jan Masaryk en Tchécoslovaquie, les politiciens wallons, Julien Lahaut et André Cools, les frères Diem au Vietnam ou encore Olof Palme en Suède.

La violence répond toujours à la violence, comme en attestent quelques sinistres épisodes de la Seconde Guerre mondiale. De la défaite de la France en 1940 à l'invasion des forces alliées après le débarquement de Normandie en 1944, nombre de troupes allemandes, collabos vichystes et résistants français ont montré toute la sauvagerie dont ils étaient capables pour apaiser leur fièvre vengeresse.

D'un côté, une institution. Née en 1790, elle est la vénérée maîtresse de tous les physiciens. Les passionnés dévorent chacune de ses livraisons ; les plus brillants ont parfois l'honneur d'y rédiger une contribution. Dans son domaine, Annalen der Physik est une revue de référence. De l'autre côté, un jeunot. Il a 26 ans, est passionné par l'électromagnétisme et travaille à l'obscur Bureau de la propriété intellectuelle de Berne.

Dans l'au-delà, les humains continuent à imprimer leur marque sur la nature, soulignent des chercheurs, qui ont mis en garde, mercredi dans une réunion scientifique à Vienne, contre l'impact sur les sols des corps en décomposition.