Tout sur Pologne

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo a tenu dimanche à réagir à de récents propos du président polonais, qui lors d'un meeting de campagne électorale a qualifié "l'idéologie LGBT" de "néo-bolchévisme", comme si le fait d'être homosexuel relevait d'une idéologie que le monde moderne tente d'"inculquer" aux enfants.

La destruction de statues de figures historiques et politiques, comme celle d'un marchand d'esclaves par des manifestants antiracistes à Bristol (Royaume-Uni), est un symbole de libération ou de rébellion qui compte de nombreux précédents dans le monde.

Une quinzaine de sociétés ferroviaires de transport de marchandises, parmi lesquelles la Belge Lineas (anciennement B Logistics), ont lancé l'alliance "Rail freight forward" vendredi en Pologne afin d'augmenter la part du rail dans le transport de marchandises. Convaincues que le transport ferroviaire peut et doit être une solution dans la lutte contre le changement climatique, ces entreprises ont l'ambition de faire passer à 30% la part du rail dans le transport total de marchandises.

Les chasseurs F-16 belges déployés depuis début septembre en Lituanie ont effectué 18 décollages d'alerte pour intercepter des avions russes - quasiment tous militaires -, a indiqué jeudi le commandant de ce détachement d'une cinquantaine de personnes opérant depuis la base de Siauliai, le major Sammuel "Sam" Vanhophem.

La crise des "gilets jaunes" en France, et dans une moindre ampleur en Wallonie, est une "leçon" pour les défenseurs du climat: les politiques pour freiner le réchauffement ont un prix, et pour réussir, elles doivent se soucier des injustices sociales, soulignent les observateurs à la COP24.

Le philosophe Emmanuel Kant est au coeur d'une étrange polémique dans sa ville natale de Kaliningrad, où il a été accusé sans raison évidente de "russophobie" alors qu'il dominait un sondage en ligne destiné à choisir le nom de l'aéroport de la ville.

La présidence polonaise a ouvert la deuxième journée de la 24e Conférence de l'ONU sur le climat (COP24), lundi à Katowice, sur une triste appréciation de la bonne volonté internationale. "Paris semble loin", a déclaré le secrétaire d'Etat polonais, Michal Kurtyka, qui doit amener quelque 200 pays à un accord. "Nous sommes à peine trois ans plus tard, mais la situation politique est totalement différente."

En pointant du doigt dimanche un gouvernement flamand qui freine les ambitions climatiques de la Belgique, la ministre fédérale de l'Énergie Marie Christine Marghem visait la répartition intra-belge des charges pour la période 2021-2030, a-t-elle clarifié lundi à son arrivée à la 24e conférence de l'ONU sur le climat (COP24) à Katowice (Pologne).

Les signes sont clairs: la planète se réchauffe, déchaînant les catastrophes. Face à l'urgence, quelque 200 pays réunis en Pologne vont tenter de mettre en orbite l'accord de Paris, malgré des vents contraires peu propices à une réponse ambitieuse.