Tout sur Podemos

La plateforme "Maintenant le peuple!", créée en avril par trois partis de la gauche radicale européenne, LFI (France), Podemos (Espagne) et le Bloco de Izquerda (Portugal), s'est élargie mercredi à Bruxelles à trois partis de Finlande, Danemark et Suède.

Les Espagnols ont commencé à voter dimanche, juste après l'ouragan du Brexit au Royaume-Uni, pour décider s'ils gardent la droite au pouvoir après six mois de blocage politique du pays marqués par l'ascension du parti anti-austérité Podemos.

Les Espagnols votent dimanche prochain pour la deuxième fois en six mois dans des législatives où les conservateurs sont favoris devant le nouveau parti anti-austérité Podemos, qui supplanterait le vénérable Parti socialiste comme première force d'opposition.

Egérie du mouvement Podemos en Espagne, la philosophe née à Charleroi vante les vertus de la confrontation pour la démocratie contre la quête du consensus à tout prix qui dope les populistes de droite. La parution de plusieurs de ses livres en français résonne comme une reconnaissance, tardive en regard du monde anglo-saxon.

Le parti de gauche radicale Podemos a limogé mercredi son numéro 3, sur fond de divisions internes et de démissions en série après une ascension fulgurante qui en a fait la troisième des forces politiques d'Espagne.

Le chef du parti de gauche radicale Podemos a renvoyé dos à dos lundi les partis qui cherchent à former un gouvernement en Espagne après les élections et insisté pour que le nouveau parlement s'occupe en priorité des déshérités.

Les Espagnols ont infligé dimanche un sévère avertissement aux formations traditionnelles, le Parti populaire (droite) arrivant en tête des élections législatives mais perdant sa majorité absolue et les socialistes deuxièmes, talonnés par Podemos, laissant un Parlement morcelé et un pays difficile à gouverner.

La campagne pour les élections législatives de dimanche en Espagne s'est achevée en plein suspense, le chef du gouvernement conservateur sortant, Mariano Rajoy, tentant de freiner une lame de fond politique qui pourrait coûter cher à son parti et faire de Podemos le nouveau leader de la gauche.