Tout sur PIP

Une peine de quatre ans de prison ferme a été requise à l'encontre du fondateur de l'entreprise PIP Jean-Claude Mas, ce mardi au tribunal correctionnel de Marseille. Des peines plus légères, de six mois à deux ans de prison ferme, ont été requises contre les autres prévenus.

Le fondateur de la société de fabrication des prothèses mammaires est en prison. En cause, le défaut de paiement de sa caution de 100 000 euros. Il avait été mis en examen fin janvier et mis sous contrôle judiciaire.

Le patron de PIP, au coeur du scandale des prothèses mammaires, a été officiellement inculpé pour blessures involontaires. Il a répondu aux "centaines de questions" de la gendarmerie, tandis que la luxueuse villa de sa compagne était perquisitionnée.

Le fondateur de la société de prothèses mammaires PIP, Jean-Claude Mas, visés par deux procédures judiciaires, a été interpellé ce jeudi matin dans le Var (sud de la France) et placé en garde à vue, a indiqué une source policière.

Une femme témoigne : on lui a bien implanté des prothèses mammaires PIP dans un hôpital belge. Elle contredit ainsi les affirmations de l'Agence fédérale des médicaments.

Elles sont une vingtaine, victimes du scandale des prothèses mammaires PIP, à faire fi du qu'en-dira-t-on. Ce sont elles qui, depuis plusieurs semaines, ont défendu la cause des 30 000 Françaises concernées. Rencontre avec des militantes par nécessité.

Une centaine de patientes belges auraient signalé à la Société royale de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique avoir été implantées avec une prothèse PIP, selon le président de la société Jean-Luc Nizet, interrogé dans Le Soir.