Tout sur pilule

Professeur en gynécologie à la VUB, Hendrik Cammu revient sur le fonctionnement de la pilule et ses effets secondaires.

Le 18 août 1960, la première version de la pilule a été lancée aux États-Unis. 55 ans plus tard, ce moyen de contraception fait l'objet de nombreuses critiques. Cependant, quelles accusations sont vraies ? Voici un petit aperçu des avantages et des inconvénients de la pilule.

La pilule contraceptive constitue un élément protecteur contre le cancer de l'endomètre (ou cancer de l'utérus) et a permis d'éviter quelque 200.000 cancers de ce type au cours des dix dernières années dans les pays à haut revenu, selon une étude publiée mercredi.

Les magazines féminins et les forums abondent de mises en garde contre la pilule contraceptive. Celle-ci serait "contre nature" et entraînerait de nombreux effets secondaires, dont la prise de poids. Cette inquiétude est-elle justifiée ?

Le hashtag #PayeTonUtérus a été créé ce mercredi par une étudiante en pharmacie qui a invité les femmes à s'exprimer sur leurs " galères médicales ", rapporte l'Express.fr. Le succès rencontré auprès de la gent féminine montre que les relations entre les femmes et le corps médical ne sont pas toujours simples.

La pilule contraceptive a eu mauvaise presse ces derniers temps, avec le scandale des pilules de 3ème génération, mais elle reste pourtant l'un des contraceptifs les plus utilisés par les femmes en Belgique. Le point sur la question.

Suite au scandale lié aux dangers des pilules contraceptives de troisième et quatrième génération, le stérilet, autrefois craint par certaines femmes, remplace de plus en plus le comprimé comme moyen de contraception.

La Commission européenne a imposé mardi à la France de remettre sur le marché le traitement anti-acné Diane 35, largement prescrit comme pilule contraceptive avant son retrait en mai au vu des risques de thrombose.

En un an, on constate une baisse de 2,7% de la vente de pilules en Belgique. Une chute de 8,5% des prescriptions médicales pour la pilule contraceptive est même constatée au cours des trois derniers mois: 7,7% pour les médecins généralistes et 12,5% pour les gynécologues, écrivent les journaux de Sudpresse.