Tout sur Pieter De Crem

D'abord il y a eu le GEES, le Celeval 1 et le Celeval 2 et à présent il y a le RAG (Risk Assessment Group). Les hommes politiques qui nous gouvernent passent leur temps à rebattre leur équipe de conseillers corona. Il y a pourtant cinq leçons claires à tirer de ces derniers mois qui permettront, peut-être, d'éviter une troisième vague.

Le professeur Jose-Luis Jiminez s'est diamétralement opposé à l'OMS, et a eu raison. Aujourd'hui, il a un conseil impératif pour l'état belge. " Ces politiciens qui sont allés prendre un repas dans un hôtel ne sont pas dignes d'être des politiques. "

"Si nous rejoignons la Vivaldi, l'opposition sera majoritaire", souligne le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) au cours d'un entretien accordé à De Standaard, cité aussi dans Het Nieuwsblad, Het Belang van Limburg et Gazet van Antwerpen. Il estime que son parti n'a rien à faire dans un tel gouvernement.

D'ici la fin de l'année, toutes les communes devraient être en mesure de délivrer des cartes d'identité dotée des empreintes digitales de son possesseur, toutefois des procédures judiciaires en cours à cet égard ralentissent le processus, informent lundi Het Nieuwsblad, Het Belang van Limburg et de Gazet van Antwerpen.

Cinq sociétés spécialisées dans le domaine de l'événementiel privatif, par la voie d'un avocat, mettent en demeure le gouvernement fédéral, relatent BX1 et RTL Info vendredi. Impactées depuis six mois par la crise du coronavirus, elles reprochent aux autorités des mesures discriminatoires à l'encontre des organisateurs d'événements privés.

De nombreux députés s'indignent du comportement des policiers, après la mort d'un citoyen slovaque, en 2018. "Qui était au courant?" Le parquet a communiqué. L'ancien ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), a été informé plus précisément en juillet 2018: il sera entendu au parlement. Son successeur, Pieter De Crem, n'a pas été briefé à son arrivée.

De nombreuses questions restent sans réponse dans l'affaire Chovanec, du nom de ce ressortissant slovaque mort en 2018 à l'aéroport de Charleroi suite à une intervention policière musclée. Ce mercredi, le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) et le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) tenteront de répondre aux questions sur le comportement de la police et de la justice dans cette affaire.

Le directeur général de la police fédérale, André Desenfants, se retire le temps qu'une enquête soit menée sur l'intervention d'agents de la police aéroportuaire en février 2018 à l'aéroport de Charleroi, a-t-il annoncé jeudi aux seules chaînes de télévision nationales. Cette décision suit la révélation des circonstances de la mort d'un ressortissant slovaque, Jozef Schovanek.

Il a répété que la recrudescence de l'épidémie de coronavirus s'illustre, à ce stade, par plusieurs problèmes particulièrement localisés et non une dispersion généralisée. Il s'agit donc de foyers épidémiologiques circonscrits, liés à des événements et/ou des cercles sociaux particuliers.

Un nouveau confinement national semble hors de question en Belgique. Si reconfinement il doit y avoir, il sera local. La décision de maintenir la prochaine réunion du Conseil national de Sécurité (CNS) à jeudi semble aller dans ce sens. Mais qui va décider quels quartier, commune ou province seront, à nouveau, mis en quarantaine en cas de seconde vague ? Comme souvent en Belgique, la réponse est loin d'être simple.

Le conseil des ministres a décidé de maintenir jusqu'au début août le déploiement de militaires dans les grandes villes dans le cadre de l'opération "Vigilant Guardian" (OVG) en renfort de la police fédérale, en dépit du souhait de la hiérarchie militaire - appuyée par le ministre de la Défense - de voir cet effort se réduire.

Le nombre de procès verbaux délivrés aux piétons qui ignorent le feu rouge a augmenté de 7% l'année passée, en comparaison avec l'année précédente, démontrent les chiffres du ministre de l'Intérieur Pieter De Crem, demandés par le député Franky Demon (CD&V).