Tout sur Pierre Van Damme

La Belgique a décidé de ne plus administrer le vaccin d'AstraZeneca aux personnes en dessous de 56 ans ces quatre prochaines semaines. Mais que se passera-t-il avec les personnes qui se sont déjà vu injecter une première dose ? "Il se peut que nous leur donnions un autre vaccin par précaution", déclare le spécialiste en vaccins Pierre Van Damme (Université d'Anvers) sur les ondes de VTM.

Le fait que le groupe pharmaceutique Pfizer accuse du retard dans la production de ses vaccins et qu'il ne sera en mesure de livrer, début janvier, que la moitié des doses initialement promises ne mettra pas en danger le lancement du programme de vaccination en Belgique, assure samedi Dirk Ramaekers, le président de la task force vaccination, au cours d'un entretien avec la presse. Si Pfizer résorbe son retard d'ici fin février, cela ne posera pas de problème, ajoute-t-il.

Si l'Agence européenne des médicaments donne son feu vert, la Belgique pourrait commencer la vaccination contre le Covid-19 à partir du 5 janvier prochain. Avec un peu de chance, les personnes vulnérables et les soignants seront vaccinés avant l'été. Cela signifie-t-il que l'on pourra tout relâcher et retrouver la vie d'avant ?

Suite à la demande accrue d'attestations de dépistage Covid, qu'elles soient négatives (pour partir en voyage, par exemple) ou positives (pour ne pas aller travailler), on constate actuellement un trafic de fausses attestations de tests Covid sur les réseaux sociaux. Un trafic qui n'est pas sans danger pour l'évolution de la pandémie.

Plusieurs laboratoires sont sur le point de mettre sur le marché un vaccin contre la Covid-19. Ils sont déjà en train de produire des doses en grande quantité, mais il n'y en aura pas directement pour tout le monde. Dès lors, qui faut-il vacciner en priorité ?

Ce vendredi, le Comité de Concertation a décidé d'une série de mesures supplémentaires qui doivent endiguer la seconde vague de la pandémie de coronavirus et soulager les hôpitaux surchargés. Plusieurs experts et politiques ont réagi à l'issue de la conférence de presse.

Plusieurs experts du coronavirus feront une "grève du silence" ce week-end. Les experts estiment que les responsables politiques refusent trop souvent de donner des interviews sur la politique liée au coronavirus et qu'ils se cachent trop souvent derrière eux.