Tout sur Pierre Nkurunziza

En perte d'influence dans l'ex-Afrique belge, où des autocrates ombrageux s'incrustent au pouvoir, la Belgique se tourne de plus en plus vers l'Afrique de l'Ouest. Une zone économiquement prometteuse, mais politiquement fragile.

"Epuration" ethnique de l'armée, opposants réduits au silence et modification de la Constitution pour faire sauter la limite des mandats présidentiels: le régime burundais s'enfonce dans la violence et transforme le pays en dictature, a averti mardi la Fédération internationale des droits de l'homme.

L'Afrique du Sud a mis sa menace à exécution en annonçant vendredi son retrait de la Cour pénale internationale (CPI) un an après la polémique causée par son refus d'arrêter le président soudanais Omar el-Béchir, un camouflet pour la justice internationale.

Les autorités burundaises ont émis une quarantaine de mandats d'arrêt internationaux contre des opposants, responsables de la société civile, frondeurs du parti au pouvoir et militaires hostiles au troisième mandat du président Pierre Nkurunziza, dont une douzaine de personnes réfugiés en Belgique, ont rapporté samedi Radio France Internationale (RFI) et le magazine 'Iwacu'.

Le principal opposant burundais, Agathon Rwasa, a affirmé samedi ne pas reconnaître le résultat de la présidentielle qui a reconduit au pouvoir Pierre Nkurunziza pour un troisième mandat controversé, et appelé à de nouvelles élections.

Au Burundi, le coup de force militaire n'a pas empêché le coup de force institutionnel. Le président Nkurunziza a retrouvé son fauteuil présidentiel. Et maintient sa candidature à un troisième mandat, qui attise toutes les craintes.