Tout sur Philippe Moureaux

Catherine Moureaux a réussi haut la main son pari : succéder à son père et tenter de bouter dehors le MR. La magie du nom Moureaux a joué, ainsi qu'une connaissance fine des leviers électoraux de la commune.

Les responsables du Parti socialiste ne se rendent-ils pas compte que l'on se dirige tout droit vers une privatisation totale de l'enseignement ? Ou cela serait-il réalisé avec la complicité lucide de certains. Ces derniers ayant choisi de cacher le véritable enjeu aux militants : privatiser l'école publique ...?

Après les scandales du Samu social et de Publifin, les socialistes sont pestiférés. Humiliés dans les sondages. Bousculés par un PTB survitaminé. Contesté dans son parti, Elio Di Rupo n'a peut-être pas dit son dernier mot.

L'annonce de la présidente de la fédération bruxelloise du PS, Laurette Onkelinx, de quitter la vie politique active en 2019 a manifestement surpris les ténors bruxellois du parti. Si l'on en croit plusieurs d'entre eux interrogés mercredi, personne n'entend précipiter les choses pour la succession à la présidence de la fédération, Mme Onkelinx ayant donné du temps au débat interne pour préparer l'avenir.

Ejectable ou non de la majorité à Bruxelles, le PS a eu le temps de placer des camarades aux fonctions dirigeantes de la plupart des opérateurs publics. Une mainmise renforcée par la création d'une multitude de nouveaux organismes pararégionaux.

Si "La vérité sur Molenbeek" n'est peut-être pas le testament politique de l'ancien bourgmestre Philippe Moureaux, il est son droit de réponse hautement personnel aux critiques qu'il a encaissées. "Évidemment qu'on veut toucher le PS et pousser toute la gauche dans l' islamosocialisme, un terme épouvantable inventé par la N-VA", déclare-t-il à nos confrères de Knack.

Philippe Moureaux enchaîne les interviews dans la presse tant en Belgique qu'à l'étranger. En optant pour une telle intensité médiatique bien programmée, notamment pour promouvoir son livre "La vérité sur Molenbeek", l'ancien édile ne rend service ni à la classe politique, ni à sa commune.

L'ancien bourgmestre socialiste de Molenbeek-Saint-Jean, Philippe Moureaux, a rejeté dimanche les accusations de "laxisme" régulièrement lancées à son encontre pour la politique menée lorsqu'il était à la tête de cette commune bruxelloise, entre 1992 et 2012, tout en reconnaissant des "erreurs", comme le fait de ne pas s'être suffisamment occupé des jeunes de cette commune qui abrite une importante communauté musulmane.

Philippe Moureaux est-il en train de faire son comeback ? Il est en tout cas mandaté par la section de Molenbeek pour siéger au sein de la commission de vigilance de la fédération bruxelloise du PS.