Tout sur Philippe Hensmans

"Les entreprises d'armement se cachent derrière les Etats pour ignorer les droits humains"

Les entreprises d'armement se retranchent derrière les Etats pour justifier leur manque de diligence en matière de droits humains, constate Amnesty International dans un rapport publié lundi, à l'occasion du salon Defence & Security Equipment International qui s'ouvre mardi à Londres. Elles ont pourtant elles aussi une responsabilité en la matière en vertu des principes directeurs des Nations Unies, rappelle l'organisation.

Un coq ensanglanté sur le Parlement wallon pour dénoncer l'exportation d'armes

Un coq ensanglanté a été projeté jeudi soir sur la façade du Parlement wallon à Namur. Initiée par Amnesty International avec le soutien de sept organisations, cette action visait à dénoncer l'exportation d'armes wallonnes vers des pays qui violent gravement les droits de l'homme. Une projection a également été réalisée sur l'Elysette, le siège du gouvernement wallon.

Des milliers de personnes au départ de la marche pour le climat et la justice sociale

Plusieurs milliers de manifestants, 17.000 selon les organisateurs, se sont élancés dimanche en début d'après-midi de la gare de Bruxelles-Nord et du boulevard du Roi Albert II pour "une marche pour le climat et la justice sociale pour tou-te-s" placée sous le slogan "Right(s) now!", organisée à l'initiative du mouvement citoyen Hart Boven Hard.

Rassemblement pour Amaya Coppens et les prisonniers nicaraguayens à Louvain-la-Neuve

Un nouveau rassemblement de soutien à Amaya Coppens et aux prisonniers politiques nicaraguayens s'est tenu mercredi soir sur la place de l'Université, à Louvain-la-Neuve, en présence de membres de la famille d'Amaya et du président d'Amnesty International Belgique, Philippe Hensmans. Les manifestants ont ainsi voulu marquer l'anniversaire de la répression à laquelle se livre le régime de Daniel Ortega depuis le 18 avril 2018.

Des armes wallonnes aux mains d'un groupe armé au Yémen

Des mitrailleuses légères FN Minimi, conçues par la FN Herstal, sont utilisées par le groupe armé "Brigade des géants" au Yémen, alerte mercredi Amnesty International. Ce groupe armé est directement financé et entraîné par les Emirats arabes unis, mais n'est placé sous le contrôle d'aucun gouvernement.