Tout sur pensions

Ces dernières semaines, l'Allemagne a connu un débat houleux sur les conséquences des réformes socio-économiques d'il y a 20 ans. Ces mesures ont fondamentalement changé l'État-providence allemand, quelques années après que Reformstau (obstruction de réformes) ait été élu mot de l'année et que l'Allemagne ait été traitée de malade de l'Europe. Aujourd'hui, la discussion porte sur les conséquences du nouveau Wirtschaftswunder.

Le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine attend avant les vacances d'été le rapport du Comité national des Pensions (CNP) sur l'opportunité de mettre en place un système de pensions à points à l'horizon 2030, a-t-il indiqué dimanche dans l'émission Les Décodeurs (RTBF).

Plus la rémunération d'un travailleur est élevée pendant sa vie active, moins sa pension légale lui permettra de garder le même niveau de vie. Raison pour laquelle le gouvernement veut renforcer la couverture offerte par la pension complémentaire, y compris pour les indépendants. Nouvelles mesures en 2016.

Les pensions légales représentent pour l'Etat un coût croissant chaque année de 4,5 %, soit plus que l'inflation et la croissance économique réunies.

La Commission nationale des pensions, qui a été lancée la semaine dernière avec d'ambitieux projets, semble déjà être mort-née, selon le président de la CSC Marc Leemans, interrogé jeudi par De Standaard et Het Nieuwsblad. "Cette commission est juste un trompe-l'oeil", ajoute-t-il.

La Chambre a modifié vendredi après-midi l'ordre du jour des travaux en prévoyant pour lundi l'examen au finish du projet de loi relevant l'âge de la pension à 66 ans en 2025, et 67 ans en 2030, et modifiant les conditions de départ anticipé.

Le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, a maintenu jeudi en début de soirée ses chiffres sur la pension des enseignants. Il répond de la sorte à la ministre de l'Education de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet, qui lui avait elle-même répondu plus tôt dans la journée, après que M. Bacquelaine eut déjà, la veille, rectifié des déclarations de Mme Milquet, quelques heures avant le vote de la réforme des pensions dans le secteur public.

La ministre francophone de l'Education, Joëlle Milquet, a dénoncé mercredi, à quelques heures du vote attendu à la Chambre de la réforme des pensions des agents des services publics, le rallongement "honteux" des fins de carrières des enseignants qui, selon elle, devront travailler jusqu'à six années de plus.