Tout sur Pegida

Longtemps tabous, des invectives et termes tout droit tirés de la période nazie refont surface en Allemagne dans des manifestations de rue ou le débat public de plus en plus polarisé sur les migrants, suscitant l'inquiétude dans le pays.

Quelques centaines de partisans et détracteurs du mouvement anti-islam Pegida ont manifesté samedi après-midi dans les rues d'Anvers. Les militants de Pegida s'opposent à "l'islamisation" ainsi qu'à l'afflux de demandeurs d'asiles en Belgique. Quelques rues plus loin, des opposants au mouvement ont plaidé pour plus de tolérance et de soutien envers ces réfugiés.

Six semaines après la manifestation interdite à Anvers, la branche flamande du mouvement allemand anti islamique Pegida organise un rassemblement à Gand ce lundi. Au même moment, l'association citoyenne Hart Boven Hard célébrera une fête populaire dans la ville.

Plusieurs milliers de manifestants anti-islam affluaient dimanche après-midi à Dresde (est de l'Allemagne), pour le premier rassemblement du mouvement Pegida depuis la révélation de menaces d'attentat sur le cortège et la démission de son leader.

Pegida, l'organisation allemande anti-islamique ("Patriotische Europäer Gegen die Islamisierung des Abendlandes"), possède également une branche flamande. Le groupe, baptisé Pegida Vlaanderen, avait prévu une manifestation le lundi 26 janvier à Anvers, mais celle-ci a été interdite par le bourgmestre Bart De Wever (N-VA).