Tout sur peeters

Si le scénario de Marianne Thyssen (CD&V) à la Commission européenne se confirme, au détriment de Didier Reynders (MR), voilà qui reviendrait à écarter Kris Peeters de la fonction de Premier ministre du prochain gouvernement, les démocrates-chrétiens flamands pouvant difficilement briguer deux postes qui pèsent aussi lourd dans la balance.

Les deux co-formateurs chargés de mettre sur pied le prochain gouvernement fédéral, Charles Michel (MR) et Kris Peeters (CD&V), ont entamé cette semaine la rédaction de notes communes destinées à former l'ossature du futur accord de la coalition suédoise qui devrait rassembler également la N-VA et l'Open Vld, a-t-on appris vendredi de bonnes sources.

Une formule de coalition "avec le seul MR, côté francophone, me paraît peu viable, nous avons besoin d'un gouvernement robuste, solide, qui prenne des décisions difficiles", a indiqué mercredi le ministre-président flamand sortant Kris Peeters, chef de file au CD&V.

Le ministre-président flamand, Kris Peeters, s'est réjoui mercredi des accents en faveur d'une nouvelle politique industrielle qu'il a retrouvés dans le discours du président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. "La Commission fait la même analyse que la Flandre", a-t-il affirmé.

La ministre flamande de l'Innovation Ingrid Lieten a -à nouveau- fait une gaffe. La ministre socialiste a envoyé un mail où elle qualifiait Kris Peeters de dictateur à un proche de ce dernier. Elle a depuis présenté ses excuses, le ministre-président flamand a démenti que le mot "dictateur" figurait dans ce mail. Pourtant cela ne semble pas suffire à L'Open Vld qui réclame la démission de la ministre.