Tout sur Paul Magnette

Un socialiste peut-il copiner avec des maires turcs d'extrême droite ? Bien sûr que non. Emir Kir, député-bourgmestre de Saint-Josse, mérite un carton rouge, car c'est un récidiviste.

L'informateur royal Joachim Coens (CD&V) s'est montré samedi plus prudent que son collègue Georges-Louis Bouchez (MR) à propos de la suite de la formation du gouvernement fédéral. Contrairement à son homologue francophone, il n'évoque pas pour le moment l'ouverture d'une phase de préformation lundi, après le rapport au Roi.

Les informateurs royaux Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) ont reçu vendredi successivement, au siège du CD&V, les présidents de la N-VA, Bart De Wever, et du PS, Paul Magnette. Lundi, ils feront rapport au Roi de leur mission et d'ici là ils devraient tenter de jeter les bases d'une future coalition gouvernementale.

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo a réclamé jeudi une "attitude positive" de la part des présidents de parti, à la suite d'une journée marquée des commentaires en tous sens sur une note des informateurs royaux, qui doivent présenter lundi un rapport probablement final de leur mission.

Les appréciations variaient jeudi après les fuites dans la presse sur le contenu de la note des informateurs Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V). Du côté francophone, l'heure était plutôt à la discrétion. En revanche, dans les rangs flamands, tant à l'Open Vld qu'à la N-VA, l'on estime que cette note va dans la bonne direction.

Le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover, a renvoyé jeudi la balle dans le camp du PS après les fuites dans la presse sur la note des informateurs Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V).

Elle devait rester confidentielle jusqu'à lundi. Mais bon, le Roi a-t-il déjà réellement eu la primeur des notes rédigées par ceux qu'il avait missionnés ? Celle des informateurs Joachim Coens (CD&V) et de Georges-Louis Bouchez (MR) s'est donc retrouvée - oh, surprise ! - à la une de tous les médias, ce jeudi. Des morceaux choisis, du moins, de ce document de moins de trente pages censé servir de base à la constitution d'un nouveau gouvernement fédéral.

Des vents favorables ont fait parvenir à plusieurs rédactions du pays, des éléments de la note de travail soumise par les informateurs, Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) à dix partis, et qui devait rester confidentielle. Georges-Louis Bouchez a dénoncé cette fuite, ainsi que les commentaires politiques anonymes publiés jeudi dans les journaux.

Les informateurs Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) ont commencé à recevoir lundi après-midi les dix partis toujours en lice pour la formation d'un gouvernement fédéral, a-t-on appris dans l'entourage du président libéral. Dans une semaine, ils présenteront au Roi un rapport, sans doute final, dans lequel ils devraient formuler une proposition de future coalition.

La Belgique politique entame l'année en crise. Ses principaux partis sont aux abois. Ils sont face à une alternative : soit un gouvernement fédéral sans la N-VA, soit des élections anticipées.

L'ex-président du Parti socialiste Elio Di Rupo reconnaît, dans une interview vendredi au quotidien flamand De Morgen, que le syndicat socialiste FGTB est fortement infiltré par le PTB, ce qui constitue à ses yeux "un énorme problème" pour le PS. Il va jusqu'à comparer le "simplisme" du discours PTB avec celui de l'extrême-droite.

Les informateurs royaux Georges-Louis Bouchez (MR) et Joachim Coens (CD&V) se rendent ce vendredi à 11h00 chez le Roi pour lui faire rapport de leur mission. Une prolongation du duo au-delà des fêtes n'est pas à exclure, alors que leur travail semble jusqu'à présent uniquement avoir confirmé l'incompatibilité d'associer PS et N-VA dans un gouvernement.

Déchargés, lundi 4 novembre, de leur mission de préformation par le Palais, Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA) avaient, dans leur rapport, explicitement conclu à l'impossibilité pour leurs deux partis de s'entendre. Pourquoi ont-ils tant trainé avant de l'annoncer ?