Tout sur Paul Magnette

Le ministre-président wallon Paul Magnette a tenu un discours identitaire fort, samedi lors des cérémonies officielles des Fêtes de Wallonie, appelant les citoyens à la "fierté collective" et les investisseurs au "patriotisme économique" pour accompagner le redressement économique, à l'encontre d'un "discours public de lamentation".

L'édition 2019 du Mondial des métiers (WorldSkills) n'aura pas lieu à Charleroi. La ville russe de Kazan a été désignée, lundi soir, par l'assemblée générale du comité international de WorldSkills pour accueillir l'événement, ont annoncé ses organisateurs.

"Il y aura un jour une 7e réforme de l'État, et une 8e, une 9e, une 10e, une 11e, une 12e probablement", a affirmé lundi le ministre-président wallon Paul Magnette, insistant sur les mécanismes de prévention des conflits dans le système fédéral, en écho aux discours des autorités flamandes du week-end dernier, pour la Fête de la Communauté flamande.

"La gauche ne meurt jamais" est le titre du dernier livre de Paul Magnette (éd. Luc Pire). Il aurait pu le sous-titrer : "Et l'anticléricalisme non plus. "

Le ministre-président wallon, Paul Magnette (PS), a préconisé dimanche "un vrai débat" au parlement fédéral sur la reconnaissance par la Belgique du génocide arménien de 1915, objet de tiraillements au sein de certains partis belges, comme l'a prouvé l'exclusion vendredi par le cdH de la députée bruxelloise d'origine turque Mahinur Ozdemir.

Plutôt que de se disperser dans un grand nombre de petites idées, la gauche doit se recentrer sur quelques-unes des grandes idées qui ont fait sa force, afin de la sortir de la crise qu'elle connaît actuellement, expose le socialiste Paul Magnette dans "La gauche ne meurt jamais", publié mercredi.

L'ouverture de la majorité évite à Paul Magnette de se trouver prisonnier de l'indocilité des siens. Et si le PS était, à Charleroi, le seul lieu de contre-pouvoir ?

Inquiété durant plus de dix ans dans d'innombrables dossiers judiciaires, Jean-Claude Van Cauwenberghe s'est reforgé une crédibilité dans l'antichambre du pouvoir carolo. A l'ombre de Paul Magnette, il se profile aujourd'hui comme un " grand sage " discret du PS local. Mais très écouté en coulisses.

"Il y a, en Belgique, une perception un peu idéalisée de ce que doit être l'Etat fédéral. On se dit qu'il doit être parfait, fonctionner sans aspérités entre les différentes entités. Toute divergence de vue est dès lors considérée comme un dysfonctionnement." Dans l'entretien qu'il nous accorde, Christian Behrendt calme les esprits de façon plutôt pertinente.

Le Premier ministre MR et le ministre-président wallon PS ne peuvent cacher l'inimitié qui les oppose. Idéologique, mais aussi personnelle. Avec quel impact pour la gestion du pays ?

Le gouvernement fédéral a bouclé son budget en rejetant partiellement la patate chaude aux Régions. Logique. Ce qui ne l'est pas, c'est l'absence de concertation et la tuyauterie incompréhensible du système. Notre fédéralisme vire dangereusement à la confrontation permanente.

Après deux ans de mandat, Paul Magnette se projette dans l'avenir. Et fait part de ses principales promesses en matière de redéploiement urbain, pour 2017 et la fin de la législature.

Le ministre-président wallon Paul Magnette a proposé vendredi au Sénat de multiples débats à mener pour faire fonctionner le nouveau modèle institutionnel belge et moderniser la démocratie représentative.