Tout sur Paul Magnette

Le 3 décembre, Elio Di Rupo a dû concéder à Paul Magnette la tête de liste aux européennes... et s'engager à quitter la présidence du PS dès la conclusion des accords de majorité dans les entités fédérées, à l'été prochain.

Le PS est comme obsédé par la figure mythique de Vandervelde -décédé il y a 80 ans-, et Elio Di Rupo se verrait bien, comme son prédécesseur, entrer dans la légende socialiste. Mais depuis qu'il a annoncé abruptement sa candidature aux élections législatives, c'est de plus en plus fort que certains des siens le comparent plutôt à Mugabe ou Bouteflika qu'au "Patron"...

"On doit refuser de collaborer avec la N-VA comme on doit refuser de le faire avec le Vlaams Belang", a affirmé jeudi le porte-parole du PS pour la campagne électorale Paul Magnette, interrogé sur La Première (RTBF), élargissant ainsi au parti de Bart De Wever le cordon sanitaire politique appliqué à l'extrême droite.

L'hypothèse avait été envisagée cet été par le PS français, ce sont finalement les Belges qui la concrétiseront : le 26 mai prochain, la liste PS pour le Parlement européen dans la circonscription Wallonie-Bruxelles sera tirée par Paul Magnette.

Le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette, sollicité par l'actuel président Elio Di Rupo pour être le porte-parole du PS pour la campagne électorale, critique dans une interview au Soir un manque de collégialité dans la communication de l'ex-Premier ministre, qui a annoncé dernièrement sa décision d'emmener les troupes socialistes en Hainaut pour les législatives de mai 2019.

Plutôt que d'envisager une septième réforme de l'État, il faut oeuvrer à la mise en place d'un espace de dialogue où les différentes entités du pays peuvent traiter d'égale à égale. C'est du moins le message, sous forme d'espoir, qu'a voulu faire passer lundi le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort, devant plusieurs centaines d'étudiants de la faculté de sciences politique de l'université catholique de Louvain (UCLouvain).

A Charleroi, le PS de Paul Magnette (photo) détient la majorité absolue avec seulement 41,29 % des voix. Logique ?

Le PTB et le PS ont mis fin à leurs négociations en vue de former une coalition à Charleroi, a indiqué jeudi la tête de liste carolo du PTB Sofie Merckx. "C'était déjà clair lors de la précédente rencontre, il l'a confirmé publiquement samedi dans la presse et il l'a répété aujourd'hui : Monsieur Magnette veut continuer son projet de ville comme avant", a-t-elle affirmé.