Tout sur Paul Kagame

Le 19e forum international de Doha vient de se clôturer. Un outil de soft diplomacy au profit du richissime émirat, à l'influence inversement proportionnelle à la taille. Tout comme le Rwanda.

25 ans après le génocide au Rwanda, Knack est parti au Pays des mille collines, où les blessures sont encore loin d'être guéries. "Si le génocide n'était jamais arrivé, ma femme serait toujours à mes côtés aujourd'hui et je n'aurais pas besoin d'aide."

Invité aux cérémonies du 25e anniversaire du génocide de 1994, le président français s'est dérobé. Une occasion manquée d'apurer - un peu - un lourd passif.

Le Premier ministre belge Charles Michel est arrivé samedi soir à Kigali pour une visite officielle de 48 heures à l'occasion du 25ème anniversaire du début du génocide des Tutsi au Rwanda, qui a fait plus d'un million de morts selon les autorités rwandaises - environ 800.000 selon l'ONU - en trois mois et qui a également coûté la vie à 22 Belges, dont dix Casques bleus.

Il n'était pas forcément le bienvenu, et il ne viendra pas: le président rwandais Paul Kagame a renoncé à jouer les intermédiaires au nom de l'Union africaine (UA) dans les tensions post-électorales en République démocratique du Congo (RDC), où une partie de l'opinion le tient en haute suspicion.