Tout sur Patrick Dewael

Le président de la Chambre, l'Open Vld Patrick Dewael, a indiqué mardi avoir pris la décision d'envoyer sans attendre au Conseil d'Etat les textes débattus en commission Justice, élargissant les conditions d'une interruption volontaire de grossesse et dépénalisant complètement l'avortement. Le Conseil d'Etat a désormais 30 jours pour rendre son avis, avant que le texte ne soit envoyé en plénière.

Les négociateurs flamands de la N-VA, du CD&V et de l'Open Vld ne devraient pas entamer leurs discussions budgétaires avant ce week-end. Ils doivent notamment se pencher sur la manière de combler le déficit de 500 à 600 millions d'euros prédit, à politique inchangée, pour 2020, mais aussi trouver des pistes de financements pour de nouveaux projets.

L'Open Vld ne se voit pas gouverner au niveau fédéral avec les écologistes. "On ne peut jamais rien exclure mais, en termes de contenu, un gouvernement vert-violet est presque impossible", a ainsi déclaré le chef de file des libéraux flamands Patrick Dewael samedi dans Het Belang van Limburg. "Je ne vois pas comment nous pourrions mettre en oeuvre notre propre programme avec uniquement des partis de gauche."

Les informateurs fédéraux, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a), feront rapport au Roi ce lundi à 10h30, pour la troisième mais peut-être pas la dernière fois. Très peu d'éléments ont filtré de leur mission commencée le 30 mai et qui visait à "identifier les défis à relever par notre pays, et les possibilités ainsi que les conditions nécessaires en vue de former un gouvernement fédéral". Le président de la Chambre, Patrick Dewael (Open Vld), a estimé dimanche que le duo ne devait pas jeter l'éponge ce lundi.

Le député Patrick Dewael (Open Vld) a été élu jeudi président (temporaire) de la Chambre. Il a été préféré à Valerie Van Peel, candidate de la N-VA. Outre les nationalistes, celle-ci n'a été soutenue que par le seul Vlaams Belang. Patrick Dewael a obtenu 101 voix, Valerie Van Peel 41.

La séance était annoncée houleuse ce jeudi à la Chambre pour la prestation de serment des 150 députés fraichement élus. Il n'en fut finalement rien. D'entrée de jeu, Patrick Dewael, le président de la séance, a réussi intelligemment à couper court à la polémique et aux tensions.

Les 150 députés de la Chambre ont prêté serment jeudi. Ils ont à tour de rôle répété: "je jure d'observer la Constitution", que ce soit en français, en néerlandais ou en allemand, et parfois dans les deux, voire trois langues.

Le libéral flamand, président de la séance plénière de rentrée parlementaire, a subtilement empêché un show de l'extrême droite. Sans un mot, en restant à sa place.

Le chef de groupe CD&V à la Chambre Servais Verherstraeten estime qu'il ne faut pas donner plus d'importance que cela au rôle qui sera dévolu au député Vlaams Belang Dries Van Langenhove, chargé en sa qualité de plus jeune élu de l'assemblée, d'assister, lors d'une séance "cérémonielle", le président Patrick Dewael (Open Vld).