Tout sur Patrick Charlier

Après les restrictions due à la pandémie, "il est essentiel aujourd'hui de veiller au besoin vital de retrouver nos libertés individuelles et collectives, écrit, à titre personnel, Patrick Charlier, directeur d'Unia, en insistant sur l'équilibre à préserver un équilibre. Loin d'être un appel incantatoire, j'y vois une nécessité pour éviter de nous nécroser dans une surprotection mortifère."

Il y a trop peu de chiffres sur les inégalités et la discrimination en Belgique, déplore Unia dans un communiqué de presse publié samedi. La collecte de ces données est pourtant essentielle aux yeux du service public indépendant de lutte contre la discrimination si l'on veut mener une politique efficace en la matière.

Xénophobie à l'égard des personnes asiatiques que l'on estime "responsables" de l'introduction de Covid-19 , attaques contre les travailleurs de la santé, stigmatisation des personnes obèses: les cas de discrimination ont augmenté de manière exponentielle depuis le début de la pandémie.

L'organe public de lutte contre la discrimination et de promotion de l'égalité des chances (Unia) s'est réjoui mardi de la condamnation de l'internaute qui avait publié un message haineux à l'encontre de la présentatrice de la RTBF Cécile Djunga. L'organisation souligne qu'il est important que "la justice rappelle que tout n'est pas permis sur les réseaux sociaux."

En tant qu'associations à l'initiative du rendez-vous mis en cause par cet " Observatoire des Fondamentalismes " (carte blanche parue le 15/12), nous sommes contraintes de demander un droit de réponse. Compte tenu des limites de l'exercice, nous nous bornerons à quelques éléments factuels et renvoyons vers le communiqué en lien ci-après pour plus de détails sur la démarche initiale (1).

Unia fait évoluer sa philosophie en matière de lutte contre l'antisémitisme et défend le droit de ne pas exprimer ses convictions religieuses. Explications avec son directeur francophone, Patrick Charlier.

Le couvre-feu en province d'Anvers (actuellement suspendu en raison de la chaleur), et les refus locaux de laisser des manifestations se dérouler, dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus, sont des mesures que l'on peut estimer disproportionnées par rapport au nécessaire maintien des droits et libertés individuelles, indique mercredi Unia, le centre interfédéral pour l'égalité des chances.

Dans son rapport annuel 2019, Unia , qui lutte contre la discrimination, relève que 25,8 % des dossiers sont liés aux critères "raciaux", rapporte La Libre Belgique lundi. Le codirecteur d'Unia, Patrick Charlier, insiste sur le caractère systémique et structurel du problème de discriminations raciales.

Au-delà d'une convivialité naturelle, notre pays est également touché par ce fléau. Des enquêtes de journaux et des chiffres officiels en témoignent. De là à parler d'Etat raciste, c'est un pas trop loin...

A compétences et formations égales, les travailleurs d'origine étrangère n'ont pas les mêmes chances que les Belges de décrocher un emploi. On le savait. Un nouveau monitoring épingle la sournoise dynamique, structurelle, qui les en empêche.

A compétences et formations égales, les travailleurs d'origine étrangère n'ont pas les mêmes chances que les Belges de décrocher un emploi. On le savait. Un nouveau monitoring épingle la sournoise dynamique, structurelle, qui les en empêche.

La condamnation mardi de deux personnes à Yvoir, en province de Namur, pour coups et blessures et harcèlement à caractère homophobe donne "un signal encourageant à d'autres victimes de tels actes", a réagi Unia. Le centre fédéral pour l'égalité des chances, qui s'était constitué partie civile lors de ce procès afin que le mobile homophobe soit reconnu, rappelle que le nombre de dossiers ouverts en lien avec des attitudes négatives envers des personnes homosexuelles est en augmentation.

Le centre interfédéral pour l'Egalité des Chances, Unia, a ouvert l'an dernier 2.192 dossiers. Il s'agit d'une hausse de près de 10% par rapport à 2017, indique-t-il lundi à l'occasion de la publication de ses rapports annuel et chiffres 2018. Des documents qui "illustrent les lacunes de la Belgique en matière d'égalité", commente le directeur Patrick Charlier.