Tout sur Parlement flamand

Le ministre-président flamand Jan Jambon veut remettre plus de gens au travail. Dans l'industrie de la construction et les entreprises de chèques-services, entre autres, l'option du chômage technique est parfois invoquée trop rapidement, a-t-il déclaré en séance plénière du Parlement flamand.

Bien que l'énorme succès du Vlaams Belang et la douloureuse leçon d'humilité infligée au SP.A et à Groen soient une invitation à voir ces élections comme une victoire de la droite et une défaite de la gauche, la réalité est plus nuancée. Les élections législatives n'ont pas rompu l'équilibre entre la gauche et la droite, mais brisé celui entre les partis. Il est parfois douloureux de se réveiller après une soirée d'élection. Analyse de Walter Pauli.

Le président du Parlement flamand Kris Van Dijck a démissionné de sa fonction, a-t-il indiqué dans une déclaration à Belga. "Les récents événements font qu'ils m'est devenu impossible d'agir en tant que président du Parlement flamand (...) Je n'ai jamais rien fait qui n'aille à l'encontre de la loi. Ceux qui me connaissent un peu le savent. Les allégations de ce jour sont totalement incorrectes", a affirmé M. Van Dijck.

Premier à rencontrer Bart De Wever dans le cadre de ses consultations pour la formation d'une nouvelle majorité en Flandre, le président du PTB-PVDA, Peter Mertens, n'a pas mâché ses mots à son arrivée au Parlement flamand, où se déroulent ces discussions.

Bien que tous les résultats ne soient pas encore connus, la composition du Parlement flamand se dessine très clairement. La N-VA reste le parti le plus important, et le Vlaams Belang devient le deuxième parti de Flandre. Trois questions sur les derniers chiffres à Bert Bultinck, rédacteur en chef de Knack.