Tout sur parc Maximilien

Benoît Lutgen, président du cdH, se montre sévère, dans un entretien publié samedi par Le Soir, quant aux tensions entre le MR et la N-VA au sujet de la signature du Pacte de l'ONU sur les migrations. Il s'agit d'"une espèce de mélodrame de mauvais goût, comme une scène théâtrale de musculation où chacun essaie de se refaire une virginité ou d'affirmer son positionnement politique", assène le Bastognard.

La police judiciaire fédérale (PJF) de Bruxelles a démantelé dimanche une bande suspectée de trafic d'êtres humains qui aurait passé clandestinement plusieurs victimes de Belgique au Royaume-Uni et recrutait au parc Maximilien. Dix personnes ont été interpellées, dont sept hommes placés sous mandat d'arrêt. Les trois autres ont été remises en liberté, indique lundi le parquet de Bruxelles.

En réaction à l'agression au couteau d'un policier et aux tirs en réponse aux abords du parc Maximilien à Bruxelles lundi matin, Mehdi Kassou, porte-parole de la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, a posté dans l'après-midi un message en ligne à l'attention du groupe d'hébergement.

À en croire une information du quotidien De Standaard, le mouvement de solidarité à l'égard des migrants installés au parc Maximilien s'essouffle. Depuis quelque temps, une trentaine de personnes restent dehors tous les soirs.

Après la diffusion par Ecolo J d'un photomontage montrant Theo Francken en uniforme nazi, le secrétaire d'Etat N-VA avait promis de porter plainte. Le dossier a été transmis au parquet de Bruxelles et, cette semaine, les coprésidents d'Ecolo J Laura Goffart et Thomas Van De Meersche ont été entendus au commissariat de police, rapporte mercredi l'organisation de jeunesse du parti Ecolo.

Le directeur du Théâtre National Fabrice Murgia dénonce avec fracas mardi, sur les ondes de La Première (RTBF), et dans une carte blanche publiée dans Le Soir, l'action policière qui a mené vendredi à l'arrestation de personnes sans-papiers dans l'association culturelle Globe Aroma. Il évoque une "rafle" de la police sur la scène culturelle, perçue comme "un acte terroriste".

Depuis quelque temps, les initiatives citoyennes en ligne destinées à aider les migrants rassemblés au parc Maximilien se multiplient. Et si les réseaux sociaux se révèlent très efficaces pour trouver des bénévoles prêts à héberger les migrants, les plateformes sont parfois victimes de leur succès en ligne.

L'ambition est d'organiser de 12 à 20 interpellations par jour au parc Maximilien et à la gare du Nord, selon une source policière fédérale qui évoque la volonté du ministre de l'Intérieur Jan Jambon et du secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration Theo Francken de préférer désormais aux actions de grande ampleur, des interpellations journalières discrètes par du personnel en civil.