Tout sur paradis fiscal

Le gouvernement belge rafraîchit sa liste des Etats à fiscalité peu élevée voire inexistante. Le catalogue 2016 des trente petits coins de paradis fiscaux intègre cinq nouvelles destinations tandis que trois autres disparaissent de l'offre. Fiscalement " recommandés " pour faire affaire : la Somalie ou l'Ouzbékistan...

Trois vagues de déclaration libératoire unique (DLU) ont permis à des milliers de Belges de rapatrier leurs avoirs placés à l'étranger sans trop de casse financière. Une DLU quater ne sera sans doute plus nécessaire : le fisc dispose de nouvelles armes pour débusquer les derniers fraudeurs.

Parmi la centaine de Belges repris dans la liste de l'ICIJ qui ont eu recours à des fiduciaires de Singapour et/ou Hong Kong puis à des sociétés offshore des îles Vierges et des îles Cook pour assurer leur impunité fiscale, le nom de l'administrateur de la société belge Lancaster Associates, Pierre Bocquet, revient plusieurs dizaines de fois dans les listings.

Des journalistes d'investigation sortent une liste d'entreprises qui placent leur argent dans les paradis fiscaux. Mais qu'est-ce qu'un paradis fiscal ?

A l'automne dernier, le Tax Justice Network plaçait la Belgique à la neuvième place mondiale de son classement des juridictions les plus opaques sous l'angle financier. Si Bernard Clerfayt a pu donner l'impression qu'il faisait le gros dos, il peaufinait en fait sa réplique. Le Vif/L'Express en a eu la primeur. Détails.