Tout sur Pandémie

Depuis presque deux ans de crise sanitaire, la situation hospitalière dicte le discours des experts et des politiques. Et les mesures de restrictions qui s'en suivent, si l'hôpital sature. Comme celles annoncées vendredi par le Codeco. Mais pourquoi la même situation semble revenir en boucle, sans solution concrète pour augmenter les capacités hospitalières ? En réalité, ce n'est pas si simple que cela...

Il était censé permettre un redémarrage des secteurs en toute sécurité. Mais le Covid "Safe" Ticket n'a pas eu l'effet escompté. D'abord repoussé. Adopté et vanté ensuite, puis requestionné. Il est passé par tous les stades. Aujourd'hui, le retour des restrictions "à l'ancienne" sonne comme un aveu d'impuissance stratégique. Et la confiance du citoyen s'en retrouve encore plus érodée. Chronique d'une débandade.

Les choix posés par les différents gouvernements en matière de gestion de la crise sanitaire ont été paternalistes et d'une violence symbolique inouïe, regrettent Jean-Jacques Van der Cruysen (psychologue) et Marie-Chantal Verweyden (pédopsychologue). Qui s'inquiètent des conséquences à court, moyen et long terme de l'absence de prise en considération de l'impact sur la santé mentale.

La conférence de presse suivant le 22ème Codeco s'est achevée mercredi peu avant 20 heures. Pas de nouveau confinement "grâce aux 9 Belges sur 10 vaccinés", mais plusieurs mesures ont été annoncées par le Premier ministre Alexander De Croo, censées freiner le rebond épidémique du coronavirus. Ces mesures seront d'application dès le 20 novembre et le resteront au moins jusqu'au 28 janvier.

L'épidémiologiste Yves Coppieters (ULB) se dit contre l'obligation vaccinale pour la population. "Lorsqu'un vaccin est obligatoire, il faut que son innocuité soit nulle", explique l'expert, qui n'est pas convaincu par certaines méthodes proposées actuellement. A la veille d'un Codeco qui marquera le retour de restrictions, il plaide pour une meilleure application des gestes "simples mais efficaces" et s'oppose fermement à la refermeture de secteurs. "Il ne faut vraiment pas revenir dans nos angoisses antérieures", dit-il. Entretien.

Aurélienvander Straeten, bioingénieur de l'UCLouvain, est parti réaliser un postdoctorat au Massachusetts Institute of Technology (MIT) pour développer un projet d'imprimante à vaccins, destinée particulièrement aux pays en développement. Et qui créerait des patches munis de microaiguilles permettant une administration sans médecin ni infirmière.

La question de la vaccination obligatoire contre le Covid est de plus en plus évoquée par les politiques belges. Et les appels à lancer les débats parlementaires sur le sujet se multiplient. Et vous, êtes-vous pour, ou contre l'obligation vaccinale? Répondez à notre sondage ci-dessous.

Alors que de nombreuses troisièmes doses n'ont pas encore été administrées en Belgique, on parle déjà d'une... quatrième dose. Pour qui, et pourquoi? Les Belges vaccinés avec AstraZeneca ou Johnson&Johnson pourraient par ailleurs être invités pour une nouvelle injection.