Tout sur ÖVP

Deux mois à peine après sa démission de la chancellerie, Sebastian Kurz a annoncé jeudi quitter à 35 ans la vie politique, une chute aussi spectaculaire que son ascension et qui devrait par ricochets entraîner le départ de son successeur. Alexander Schallenberg, qu'il avait désigné pour le remplacer en octobre, a fait savoir dans la soirée qu'il était "prêt à laisser son poste" au nouveau chef du parti conservateur ÖVP.

Le PDG de la banque autrichienne Erste Group, première capitalisation de la Bourse de Vienne, souhaite la réintroduction de l'impôt sur la fortune (ISF) et des droits de succession pour les plus riches dans son pays au nom de la lutte contre les privilèges acquis, rapporte mardi le quotidien Standard.

Une nouvelle ère politique s'ouvre en Autriche avec la victoire aux législatives du jeune conservateur Sebastian Kurz, appelé lundi par Bruxelles à défendre l'orientation pro-européenne du pays alors qu'une coalition gouvernementale avec l'extrême droite est vraisemblable.

Ce jeune Autrichien semble encore plus pressé que Macron. Cet enfant prodige (wunderwuzzi) de la politique autrichienne réalise un sans-faute avec une communication parfaitement maîtrisée et une image des plus léchées. Larguant au passage les observateurs qui hésitent entre admiration et ironie.

Le nouveau chef du parti conservateur autrichien (ÖVP) Sebastian Kurz, désigné dimanche, a annoncé que sa formation allait demander la tenue de législatives anticipées mettant fin à sa coalition gouvernementale avec les sociaux-démocrates.