Tout sur OTW

Johan Lambert, de l'Interrégionale wallonne de la CGSP, a réagi avec fureur jeudi aux annonces de la décision du gouvernement wallon d'imposer une lourde sanction financière à l'Opérateur de transport de Wallonie (OTW), responsable des transports en commun des TEC, à la suite des perturbations du réseau lors de la journée d'action syndicale à l'appel de la FGTB, mardi.

Considérant "qu'il y a non-respect du contrat de gestion de l'Opérateur de Transport de Wallonie (OTW )- tenu d'assurer la continuité du service public de transport dont il a la charge sauf cas de force majeure imprévue - le gouvernement wallon se saisira dès jeudi du dossier pour remédier durablement aux problèmes constatés et pour envisager les sanctions qui peuvent être prises", a assuré mardi après-midi le ministre-président wallon, Willy Borsus.

Toutes les plaques d'immatriculation des 1.770 bus TEC en service doivent être changées, ainsi que de tous les autres véhicules utilisés par les contrôleurs et le personnel de manière générale. En tout, le parc ne représente pas moins de 2.200 véhicules, indique samedi Sudpresse.

Le gouvernement wallon, sérieusement agacé par les mouvements sociaux des dernières semaines au sein des transports en commun régionaux alors qu'il souhaite y introduire un service garanti en cas de grève, a donné deux mois à la direction de l'OTW - le nouvel Opérateur de Transport de Wallonie qui regroupe les cinq TEC et l'ex-SRWT - pour trouver un accord avec les syndicats sur l'encadrement des manifestations interprofessionnelles, a-t-on appris vendredi soir, à l'issue de la rencontre.