Tout sur optimisme

Les Belges ont le moral au plus bas, selon plusieurs sondages. L'année 2015 est perçue comme l'annus horribilis. Et pourtant, il y a de nombreuses raisons d'espérer pour notre fédération, notre pays et notre continent.

Dans nos pays, le pessimisme a trop souvent la cote. Ceux qui s'obstinent à voir la vie du bon côté, malgré la crise, la violence et la pollution, passent au mieux pour des naïfs, au pire pour des imbéciles. Selon le psychologue et psychiatre français Alain Braconnier, pourtant, l'optimisme est un atout. À condition de le pratiquer avec intelligence.

"Les Belges sont légèrement plus confiants en l'avenir que l'an dernier, bien que leur sentiment de 'bonheur' reste relativement stable avec un score moyen de 6,5 sur 10", ressort-il jeudi du baromètre annuel d'AG Insurance sur le sentiment de bonheur des Belges.

Les vertus de l'optimisme sont connues : les personnes confiantes en l'avenir seraient en meilleure santé, vivraient plus longtemps et gagneraient mieux leur vie. Et bonne nouvelle pour les défaitistes, l'état d'esprit optimiste, que nous aurions acquis à la naissance, peut aussi s'apprendre.

Dans nos pays, le pessimisme a la cote. Ceux qui s'obstinent à voir la vie du bon côté, malgré la crise, la violence et la pollution, passent au mieux pour des naïfs, au pire pour des imbéciles. Selon le psychologue et psychiatre français Alain Braconnier, pourtant, l'optimisme est un atout. À condition de le pratiquer avec intelligence.

Selon le psychologue et psychiatre français Alain Braconnier, l'optimisme est un atout. À condition de le pratiquer avec intelligence. Alors, êtes-vous plutôt du genre optimiste ou pessimiste dans votre vie de tous les jours? Faites le test!

Les personnes optimistes auraient plus de facilité à contrôler leur niveau de stress, révèle une étude canadienne.

Voir constamment la vie en rose, ce n'est pas donné à chacun. Mais, avec un minimum d'entraînement, il est possible d'au moins arrêter de broyer du noir. Envie d'un petit stage ? On l'a suivi pour vous, les sceptiques !