Tout sur ONU

Le nouveau coronavirus, apparu en décembre en Chine, a pour l'instant infecté plus de 900.000 personnes sur la planète, dont plus de 200.000 aux Etats-Unis, et fait plus de 45.000 morts. La pandémie, qualifiée par l'ONU de pire crise à laquelle l'humanité ait été confrontée depuis 1945, menace désormais de submerger les Etats-Unis.

Le gouvernement a jeté toutes ses forces dans la lutte contre le coronavirus. Cela n'a pas empêché l'ONU de lui faire des remontrances, début mars.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 20.599 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mercredi à 19H00 GMT. L'Espagne est devenue mercredi le deuxième pays le plus touché en nombre de morts liés à ce virus, dont l'expansion "menace l'humanité toute entière", selon le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

La pandémie de Covid-19 "menace l'humanité entière", a affirmé mercredi le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en lançant un "Plan de réponse humanitaire mondial" s'étendant jusqu'à décembre, assorti d'un appel à des dons à hauteur de 2 milliards de dollars.

Plus de 380.000 morts, plus de la moitié de la population déracinée et un pays en ruines, la guerre en Syrie est le théâtre d'une tragédie humaine. Témoignages et retour sur la situation dans le pays.

Récemment, le président Donald Trump a réduit le soutien financier américain à l'ONU, et spécialement l'Organisation mondiale de la santé (il a aussi sabré dans les services épidémiologiques internes aux Etats-Unis, et décrit le coronavirus comme " une arnaque ", sentiment sans doute peu partagé par la multitude de personnes décédées, hospitalisées ou mises en quarantaine). Seul un génie total du management peut démanteler le service des pompiers juste avant un énorme incendie.

Après l'absence d'organe chargé de traiter des discriminations linguistiques, le Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l'ONU pointe le non-respect de la Convention européenne des droits de l'homme par la loi sur l'emploi des langues en matière administrative (1963) lorsque celle-ci exclut des écoles fondamentales francophones des six communes à facilités de la périphérie bruxelloise tous les élèves qui n'y sont pas domiciliés.

Lors de l'audition du Médiateur en Commission du Parlement de Wallonie le 20 janvier dernier, la question des coupures d'eau est revenue dans le débat. Et c'est certainement une excellente chose, en 2020, de se reposer cette question : "Est-il normal de priver d'eau courante des ménages qui ont du mal à s'en sortir financièrement, particulièrement dans un des pays les plus riches du monde ?"

Un demi-million de personnes ont été déplacées depuis deux mois dans le nord-ouest de la Syrie, où le pouvoir de Bachar al-Assad et son allié russe poursuivent une offensive contre les djihadistes et les rebelles, a annoncé l'ONU mardi.

Il y a environ un an, la Belgique entamait son sixième mandat en tant que membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies sous la devise " Bâtir le consensus, agir pour la paix ". À partir du 1er février, la Belgique présidera pour un mois le Conseil de Sécurité, l'organe chargé de maintenir la paix et la sécurité dans le monde. Que peut-on attendre de notre pays à la tête de la plus puissante instance de l'ONU ?