Tout sur Olivier Van Raemdonck

Il sera bientôt possible pour les jeunes d'effectuer un stage rémunéré au sein de la police ou d'autres services de sécurité. Les autorités espèrent ainsi donner envie aux moins de 25 ans de prendre la voie d'un travail dans la police, selon le cabinet du ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA). On espère via cette mesure attirer notamment des jeunes aux profils spécifiques, comme par exemple des spécialistes IT.

Chaque jour en Belgique, une action au moins est menée contre les "transmigrants" (les migrants qui transitent par la Belgique), voire plus parfois. "Quarante agents fédéraux participent quotidiennement à ces actions, aux côtés de dizaines de policiers locaux", a indiqué le cabinet du ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) à plusieurs journaux flamands.

Les procureurs généraux ont fait part dans une lettre adressée au ministre des Affaires intérieures, Jan Jambon (N-VA) de leur "grande inquiétude" au sujet du recours aux tasers par les agents de police. "Les pistolets à impulsion électrique nécessitent un cadre juridique spécifique qui n'existe pas aujourd'hui", publient lundi Het Nieuwsblad, De Standaard et de Gazet van Antwerpen.

Un audit externe commandité par le ministre des Affaires intérieures Jan Jambon (N-VA) établit que les procédures de recrutement des policiers sont insuffisantes. Par conséquent, la police est confrontée à des difficultés pour attirer les profils adéquats et à pourvoir certains postes.

Les services de contrôle de la police, l'inspection générale, connaissent une pénurie de main-d'oeuvre de 25%, rapporte Het Nieuwsblad dimanche. Le patron du service est retraité, mais continue à assurer son service tant qu'il n'a pas de successeur.

Une certaine culture du profit personnel règne au sein du service de police en charge du rapatriement des illégaux, révèle lundi la chaîne de télévision flamande VTM sur base d'un rapport d'audit. Certains des "escorteurs", ces agents qui accompagnent les étrangers lors du voyage de retour vers leur pays, s'octroieraient toute une série d'avantages lors de ces rapatriements, au détriment de l'Office des étrangers.

L'attaque à la machette de deux policières par un Algérien en séjour illégal et la vidéo appelant au meurtre du fils d'un imam sous le coup d'un arrêté ministériel d'expulsion relancent le débat sur les rapatriements obligatoires.

A partir de l'année prochaine, il sera possible d'obtenir une nouvelle carte d'identité en ne passant qu'une fois par la case de la maison communale. Introduire la demande et télécharger une photo seront les démarches qui pourront être faites en ligne, rapporte mardi De Tijd.