Tout sur Olivier Maingain

A nouveau, une voix s'élève pour un gouvernement sans la N-VA au fédéral; celle du président sortant de Défi Olivier Maingain, qui confie samedi ses recommandations à La Libre. La formule qui a sa préférence est une alliance arc-en-ciel (socialistes, libéraux, écologistes + CD&V), à laquelle Défi est disposé à apporter son soutien.

L'ex-ministre régional bruxellois Didier Gosuin ne sera pas candidat à l'élection de la personne appelée à succéder à Olivier Maingain à la présidence de DéFI à partir du mois de décembre prochain. L'ex-ministre régional bruxellois et chef de file de DéFI l'a annoncé lui-même via l'agence Belga, vendredi, en fin de journée.

La mission d'agent de liaison entre la Région bruxelloise, la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles confiée au coeur de l'été à Olivier Maingain semble avoir pris un peu de plomb dans l'aile suite aux récentes négociations pour la constitution de nouvelles majorités en Wallonie et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Gagnantes comme perdantes des élections, les fédérations bruxelloises de tous les partis traversent de grosses difficultés, entre querelles de succession, déséquilibres sociologiques et tensions interrégionales.

Le président de DéFI, Olivier Maingain (photo), attend sa nomination officielle comme "agent spécial" de liaison entre les francophones.

Un accord de principe relatif à la création d'un nouveau poste visant à renforcer les relations entre les Régions wallonne, bruxelloise et la Fédération Wallonie-Bruxelles a été conclu lors des négociations visant à former un exécutif à Bruxelles. L'actuel président de DéFI, Olivier Maingain, se réserverait cette future fonction, peut-on lire mercredi dans l'Echo.

Les négociations en vue de la formation d'un gouvernement en Région bruxelloise ne seront pas terminées lundi, a-t-on appris lundi après-midi au cabinet du ministre-président Rudi Vervoort, un des deux formateurs de la future coalition. Une ultime relecture de l'accord de majorité est encore prévue mardi.

Les négociateurs bruxellois des partis socialistes, écologistes, de DéFI et de l'Open Vld ont repris lundi vers 13h00 leurs discussions destinées à lever les derniers points de discordance autour de la note du formateur Rudi Vervoort (PS). Les plus optimistes prévoyent une issue positive aux échanges en fin d'après-midi. Les plus pessimistes gardent encore sous la manche la carte de mardi.

Les négociateurs des six partis engagés dans un processus de formation d'une nouvelle coalition en Région bruxelloise sont entrés lundi après-midi dans le vif du sujet, en procédant à un premier échange général autour de la note du formateur Rudi Vervoort. Selon le ministre-président bruxellois, ils devraient se voir à un rythme soutenu au cours des prochains jours à raison d'une alternance de journées complètes et de demi-journées de discussions.