Tout sur Olivier Maingain

L'ancien président de DéFI met en garde son successeur sur la dégradation des relations humaines en interne et sur toute tentative de rapprochement avec les humanistes. "Le CDH est un parti de pouvoir, qui a eu des casseroles dans son histoire, qui n'est pas très courageux et qui se comporte comme une girouette", estime-t-il.

La Chambre a approuvé mercredi en séance plénière une motion d'ordre du chef de groupe PS Ahmed Laaouej, cosignée par le sp.a, les écologistes, le cdH et DéFI proposant au gouvernement orange-bleu de présenter son nouveau programme et chercher la confiance du parlement au plus tard mardi. La N-VA a soutenu la demande.

Même s'il a réussi à percer dans quelques communes wallonnes, DéFI n'a pas remporté la victoire espérée au scrutin communal du 14 octobre. Le Vif/L'Express a suivi son président, Olivier Maingain, tout au long de sa soirée électorale pour quelques heures au coeur du pouvoir à la belge, entre sandwichs mous et grand troc politique.

La figure de Benoît Lutgen est un mystère pour le monde. Pas tant par les airs de rogue Ardennais qu'il cultive bien moins qu'il ne les réfrène, mais parce qu'entre ses "effectivement" et ses "quelque part" gît semble-t-il une pensée.

DéFI a dénoncé lundi le soutien public qui sera accordé par les autorités flamandes aux listes flamandes qui ne peuvent bénéficier de l'appui d'un parti politique dans les communes à facilités de la périphérie bruxelloise. Le parti amarante évoque un acte "antidémocratique" dans ces communes à majorité francophone. Privilégier certaines listes plutôt que d'autres constitue un "abus de pouvoir", réagit la présidente de DéFI dans la périphérie, Sophie Rohonyi.

Ils l'ont promis : après les élections de 2019, Elio Di Rupo et Olivier Maingain quitteront la présidence de leurs partis respectifs. Ils n'entament pas pour autant cette nouvelle année sans ambition, y compris pour gérer leur succession.

La commission de la Justice de la Chambre a entamé mardi après-midi le débat sur la proposition de loi de la majorité visant à sortir l'interruption volontaire de grossesse (IVG) du Code pénal, une évolution saluée comme une "avancée" par la majorité et le cdH, le reste de l'opposition y voyant au contraire, dans sa formulation, un moyen de "relancer la machine à poursuivre". Le vote interviendra dans la soirée.